Séminaire « La prosopographie, objet et méthodes » – 2015/2016

Programme 2015-2016

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 17h : les 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15, parvis René Descartes – 69007 Lyon – métro B, station « Debourg ») et les 3 dernières a l’Université Paris I (1, rue Victor Cousin – 75005 Paris – salle Perroy, galerie J.-B. Dumas, esc. R, 4 étage).

16 OCTOBRE 2015 (LYON) : LES MILIEUX ARTISTIQUES

  • Émilie COTTEREAU-GABILLET (Univ. Paris 1), « Les copistes français de manuscrits (XIVe -XVe siècles) »
  • Marie THÉGARID (Univ. de Tours) et Catherine MÉROT (Archives nationales), « Les élèves du Conservatoire national de musique de Paris au XIXe siècle »
  • Jessica KOHN (Univ. Paris 3), « Les dessinateurs-illustrateurs dans l’espace franco-belge de 1945 à 1968 »

27 NOVEMBRE 2015 (LYON) : LES MILITAIRES

  • Bertrand AUGIER (Univ. Paris 10), « Imperatores et officiers au dernier siècle de la République romaine »
  • Loïc CAZAUX (CIHAM-UMR 5648), « Les capitaines du roi de France à la fin du Moyen Âge »
  • Julie D’ANDURAIN (CDEF-École militaire), « Les officiers coloniaux à la fin du XIXe siècle »

15 JANVIER 2016 (LYON): L’INSTITUTIONNALISATION DE LA VERTU

  • Anna HELLER (Univ. de Tours), « Les titres honorifiques accordés par les cités d’Asie Mineure à l’époque romaine »
  • Jean-Luc CHAPPEY (Univ. Paris1), «La fabrication de l’homme illustre après la Révolution française »
  • Cindy BANSE (Univ. Lyon 2), « Prosopographier les Justes parmi les nations »

11 MARS 2016 (PARIS) : LES ÉLITES URBAINES

  • Vanessa VAN RENTERGHEM (INALCO), « Les élites bagdadiennes aux XIe et XIIe siècles »
  • Boris BOVE (Univ. Paris 8), « La bourgeoisie parisienne aux XIIIe et XIVe siècles »
  • Albane COGNÉ (Univ. de Tours), « Le patriciat milanais au XVIIIe siècle »

8 AVRIL 2016 (PARIS) : LE PERSONNEL COLONIAL

  • Clément THIBAUD (Univ. de Nantes), «Prosopographie des Antilles coloniales à la période révolutionnaire »
  • Annick LACROIX (INALCO), « Des postiers non-citoyens dans l’Algérie colonisée (1900- 1939)»
  • Stève BESSAC-VAURE (Univ. Clermont 2), « Les agents du maintien de l’ordre dans le nord du Maroc colonial (1912-1936) »

3 JUIN 2016 (PARIS) : LA QUESTION DU NOM EN PROSOPOGRAPHIE

  • Pascal CHAREILLE (Univ. de Tours), « Les méthodes de l’anthroponymie médiévale »
  • Violaine SÉBILLOTTE (Univ. Paris 1), « Nommer les femmes dans l’Antiquité grecque »

JE autour de la BDD MUSEFREM

Le 19 juin 2015 aura lieu une journée d’étude organisée autour de la base de données prosopographiques MUSEFREM (Musiciens d’Église en France à l’époque moderne), sur le thème « Être musicien d’Église à Paris. La capitale : lieu de formation et d’exercice au XVIIIe siècle« , sous la responsabilité scientifique de Stéphane Gomis, François Caillou et Christophe Maillard, et cofinancée par le CHEC et le Centre de musique baroque de Versailles.

• 9h00 : Accueil des participants
• 9h15 : Introduction
• 9h30 : François CAILLOU (CERHIO), Le point sur les dépouillements parisiens. Présentation d’un instrument de recherche spécifique : la base des minutes notariales des Archives nationales. Aperçus sur le personnel musical des abbayes parisiennes en 1789-1790
• 10h15 : Stéphane GOMIS (CHEC), Les ressources des Archives Historiques de l’Archevêché de Paris
• 11h00 : Christophe MAILLARD (CERHIO), Paris, plaque tournante dans la formation et la carrière de nombreux musiciens d’Église en poste en province à la fin de l’Ancien régime
• 14h00 : J.-F. « Maxou » HEINTZEN (CHEC) : Ménétriers ou organistes ? Entre Paris et Province, quelques musiciens d’Église au statut ambigu (1741-1773)
• 14h45 : Frédéric de LA GRANDVILLE (CERHIC), Le Conservatoire de musique de Paris à la fin du XVIIIe siècle : des fragments du religieux dans un établissement républicain ?
• 15h30 : Guillaume AVOCAT (Univ. de Poitiers), Les cérémonies en action de grâce à Notre-Dame de Paris sous le Premier Empire : carrières post-révolutionnaires en question
• 16h45 : François CAILLOU et Christophe MAILLARD, Présentation d’un choix de notices biographiques validées ou en cours de validation

Renseignements chec (a) univ-bpclermont.fr et tél. 04.73.34.68.48
En savoir plus

Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme (4 rue Ledru), le vendredi 19 juin 2015

JE: L’échantillonnage

Cette année, le séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » propose une dernière séance sous forme d’une journée d’études consacrée à la question de l’échantillonage, préoccupation commune mais pas toujours sécante des archivistes et des chercheurs. Elle sera l’occasion de confronter et de discuter des pratiques respectives et de réfléchir ensemble à l’avenir de cette question.

JOURNÉE D’ÉTUDE

dans le cadre du séminaire « La prosopographie : objets et méthodes »

Prosopographie et corpus échantillonnés : questions de méthode

3 JUIN 2015

(Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, Métro : ligne 13, station Saint-Denis-université)

  • 9h 00 Accueil des participants
  • 9h 15 Ouverture par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

Les pratiques d’échantillonnage respectives des archivistes et des chercheurs

Présidence : Catherine Mérot (Archives nationales)

  • 9h 30 « La pratique de la sélection par les archivistes » par Antoine Meissonnier et Mélanie Rebours (Service interministériel des Archives de France)
  • 10h 15 « La méthode de l’échantillonnage en sciences sociales » par Claire Lemercier (Science Po)
  • 10h 45 Discussion et pause

Présidence : Emmanuelle Picard (LARHRA)

  • 11h 15 « Un exemple d’échantillonnage par les archivistes : les dossiers de la HALDE » par Claire Cotard (Services du Médiateur de la République)
  • 11h 45 « Faire avec la configuration d’un fonds d’archive : l’échantillonnage aléatoire en pratique de dossiers de carrière des Houillères du Nord-Pas-de-Calais » par Anton Perdoncin (ENS Cachan)
  • 12h 15 Discussion

Populations « invisibles » et traitement informatique des séries échantillonnées

Présidence : Thierry Kouamé (LAMOP)

  • 14h 15 « Les catégories raciales au fil des archives » par Anne Leblay-Kinoshita (Archives nationales)
  • 14h 45 « L’archive comme métalangage. Exemple d’interrogation, d’extraction et d’analyse des données archivistiques » par Julien Alerini (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 15h 15 Discussion
  • 15h 30 Conclusion par Philippe Rygiel (Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense)

Billet: « De l’importance du discours de la méthode », Gabriel Garrote

« De l’importance du discours de la méthode », billet de Gabriel Garrote

 

Un dialogue de sourds

Présenter sa méthodologie est un exercice de style essentiel auquel tout un chacun n’apprécie pas toujours de se plier. En effet, de la pertinence de la méthodologie employée et de la rigueur des principes suivis dépendent la légitimité des résultats obtenus et leur reconnaissance par les pairs. En outre, l’exigence de résultats, le temps consacré aux recherches, le besoin de prouver l’avancée des travaux menés inclinent le plus souvent à communiquer non sur la méthode, mais sur le champ investigué, y compris dans le cadre de séminaires de méthodologie. Cependant, d’aucuns se réclament de telle ou telle méthode d’analyse : “analyse de réseau(x)”, “enquête de terrain(s)”, “prosopographie”, etc., sans toujours expliciter l’acception qu’il leur reconnaît ou l’usage qui en est fait. Or, sans cet effort de précision et de définition, les acteurs du monde universitaire se condamnent à se mécomprendre et à s’épuiser en vaines querelles. Pourtant, je me souviens de mes années post-baccalauréat et de ces enseignants qui soulignaient la nécessité de bien définir les termes des sujets que nous avions à traiter. Ce faisant, il s’agissait de poser les bases d’un dialogue, de constituer le socle théorique à partir duquel un raisonnement peut s’épanouir, de proposer une ligne directrice de réflexion et de poser les repères indispensables à qui veut éviter un exposé brumeux et abscon. Pourquoi ces préconisations, si utiles au sortir de l’adolescence, seraient-elles négligées à l’entrée dans le monde de la recherche ? Définir la méthode employée apparaît d’autant plus crucial lorsque cette dernière est sujette à acception multiple, à l’instar de la prosopographie, au risque de se réfugier derrière des généralités ou de se réclamer d’outils en vogue sans toujours les bien maîtriser.

Un socle commun

La prosopographie serait « une sorte de style de recherche, quelque chose de moins nettement défini en tout cas qu’une méthode, de moins rigide qu’un courant ou une école.[1] » Il m’a été donné d’en faire l’expérience à l’occasion d’un séminaire de recherche, lorsque, au cours d’une discussion entre l’intervenant et un membre du public, l’un contesta à l’autre l’utilisation du terme de “prosopographie” pour qualifier la méthode employée. Cette discussion fit apparaître que, par‑delà un air de famille certain, les travaux se revendiquant de la prosopographie adoptaient des pratiques divergentes, quoique complémentaires.

Il existe cependant un consensus quant :

1)    au rôle assigné à la proposopographie, soit : « the investigation of the common background characteristics of a group of actors in history by means of a collective study of their lives.[2] »

2)    à la finalité poursuivie par la prosopographie, à savoir : « to establish a universe to be studied, and then to ask a set of uniform questions about birth and death, marriage and family, social origins and inherited economic position, place of residence, education, amount and source of personal wealth, occupation, religion, experience of office, and so on[3] », visant à saisir les logiques qui ont présidé à la formation du groupe, ses critères d’entrée, sa porosité, ses rapports aux autres groupes, etc.

Néanmoins, par‑delà ce socle commun, des postures de recherche tendent à diverger, tant dans le traitement que dans la détermination du jeu de données étudiées.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 1)

La place accordée, respectivement, aux analyses quantitatives et qualitatives constitue un premier facteur de désunion. Se font face ceux qui, tel Christophe Charle, opèrent une distinction entre les « données sociales ou prosopographiques qui autorisent la comparaison » et « des données plus qualitatives[4] », et d’autres qui, à l’exemple de Natalie Petiteau[5], considèrent la statistique comme un outil complémentaire de la prosopographie et n’en relevant pas. Ces divergences ne sont pas anodines, mais expriment la nécessité d’adapter la posture de recherche à l’objet investigué. S’explique ainsi que les seconds privilégient l’étude de petits groupes élitaires pour lesquels on dispose le plus souvent d’un plus large éventail d’informations susceptibles de donner à lire l’univers dans lequel ils évoluaient. Tandis que les premiers procèdent essentiellement à des analyses sur de larges groupes moins bien renseignés sur ce point.

La première tendance porte en germe le danger de donner naissance à des individus moyens et fictifs, plutôt que de révéler toute la palette des profils d’un groupe par‑delà les traits de caractère partagés. Autrement dit, elle s’expose à concentrer l’analyse sur « un autobus qui aurait oublié ses voyageurs[6] » – pour reprendre la métaphore de Jean‑Claude Passeron,. À l’inverse, la seconde tendance comporte le risque de « produire une accumulation de fiches qui ne sont pas de vraies biographies, sans pour autant pouvoir être réellement comparées de façon quantifiée.[7] » Aussi l’analyse prosopographique doit‑elle s’appuyer conjointement sur des études statistiques et des éclairages qualitatifs et non les considérer comme des postures exclusives. Cela d’autant plus que les progrès de l’informatique permettent de dépasser ce clivage en dotant les historiens d’outils d’analyse (factorielle, de réseaux, de séquences, de régressions, de textométrie, etc.) qui offrent des possibilités d’explorations embrassant l’ensemble d’un corpus sans perdre de vue l’individu.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 2)

Tout travail prosopographique se situe à la croisée d’un questionnaire (plus ou moins long) et d’un corpus (plus ou moins étendu). Plus le questionnaire est long et touche aux divers pans d’un parcours de vie et plus la population doit être ciblée et réduite. À l’inverse, étudier en totalité un groupe d’individus nombreux nécessite bien souvent de renoncer à vouloir tout connaître sur tout le monde. Une telle assertion ne vaut cependant que dans le cadre d’un travail individuel répondant à des contraintes temporelles de court ou moyen terme. Deux postures difficilement conciliables qui divisent, là encore, la communauté historienne. D’un côté ceux qui, à l’instar de Christophe Charle, déclarent qu’il est préférable d’investiguer de petits échantillons saturés d’informations plutôt que l’intégralité d’un groupe sur peu de variables[8]. De l’autre, certains soulignent les dangers d’une démarche qui, visant à l’exhaustivité des données, porterait en germe le risque d’une érudition foisonnante dénuée de sens[9]. La posture de ces derniers se trouve confortée par l’idée que l’exhaustivité ne constitue pas une condition sine qua non puisqu’il est possible de décrire un groupe et de mettre au jour ses principales caractéristiques sans en dresser un portrait détaillé, sans l’avoir analysé dans le détail. En effet, si la biographie à une visée totalisante, la prosopographie doit, à l’inverse, discriminer rigoureusement les informations recherchées en fonction des interrogations soulevées[10].

À l’exhaustivité des informations relatives à quelques individus fait face l’exhaustivité d’un ou plusieurs types de données sur l’ensemble du groupe. À nouveau ces deux perspectives s’avèrent complémentaires plus qu’antagonistes. De fait, la seconde en dressant un panorama du corpus, en repérant les règles et les récurrences, les accidents et les anomalies, permet de cibler un ou plusieurs échantillons, selon la problématique posée, sur lequel pourront être menées des analyses plus approfondies. Au contraire, si une enquête complète est réalisée sur un sous-groupe ou un échantillon, savoir dans quelle mesure les résultats obtenus sont  généralisables à l’ensemble du corpus requiert de disposer de points de comparaison avec ce dernier et d’en connaître les principales caractéristiques.

Au terme de la discussion

En présentant ces divergences, il ne s’agissait pas ni de dresser un tableau exhaustif des problèmes soulevés par la prosopographie, ni de montrer la supériorité d’une approche. Plus modeste, la finalité de ce billet n’est, d’une part, que de pointer des pratiques complémentaires souvent utilisées à l’exclusion les unes des autres, et dont les choix ne sont que trop rarement justifiés, et les implications rarement explicitées. Elle est, d’autre part, d’attirer l’attention sur la nécessité de bien spécifier les tenants et aboutissants de la marche suivie, de légitimer le parti pris et d’en pointer les avantages et limites, et, enfin, de ne pas considérer la prosopographie comme une démarche univoque et allant de soi.


[1] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, pp. 1‑2.

[2] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 46.

[3] Ibid.

[4] À propos du projet d’une prosopographie des universitaires. Bulletin IHMC, n° 8, 1984, cité par Hervé Joly, De la sociologie à la prosopographie historique des élites, op. cit., p. 39.

[5] Natalie Petiteau, « Prosopographie et noblesse impériale : de l’histoire d’une élite à l’histoire sociale », Histoire, économie et société, 1998, vol. 17, n° 2, pp. 277‑285.

[6] Jean‑Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, n° 1, p. 10.

[7] Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2010, p. 21.

[8] Christophe Charle, « Où en est l’histoire sociale des élites et de la bourgeoisie ? Essai de bilan critique de l’historiographie contemporaine », Francia, 1991, n° 18‑3, p. 133.

[9] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 49.

[10] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, p. 6.

Séminaire « La prosopographie: objets et méthodes » 2014-2015

La troisième année du séminaire consacrera ses travaux à poursuivre et approfondir la thématique de la deuxième année, la réflexion sur les sources, élément central de la réflexion en matière de prosopographie. L’analyse de corpus spécifique, caractérisés soit par la rareté et la complexité de l’analyse, soit par l’abondance et la précision des données constituera le fil directeur de la réflexion. Cette troisième année continuera à ouvrir le débat aux historiens antiquisants, mais aussi aux autres disciplines et à faire travailler de concert archivistes et universitaires autour de ces questions de sources.

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 17h, lors des 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon, métro B « Debourg ») et lors des 3 dernières le mercredi aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer, 93300 Pierrefitte, métro 13 « St Denis-Université »).

Attention : en 2015, la dernière séance du séminaire (3 juin 2015) sera une journée d’étude aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) de 9h à 17h

Programme en pdf

10 octobre 2014 (Ens de Lyon) : Élites territoriales

  • Gabrielle Frija (Université de Marne-la-Vallée), « Les prêtres du culte impérial romain en Asie Mineure »
  • Gabriel Garrote (Université Lyon 2), « Un groupe nobiliaire ? Les conseillers généraux et d’arrondissement du Rhône (1800-1833) »

 

28 novembre 2014 (Ens de Lyon) : Une prosopographie au féminin

  • Sylvie Duval (École française de Rome), « Les moniales entre réforme religieuse et transformations sociales (1385-1461) »
  • Caroline Giron-Panel (Bibliothèque nationale de France), « Prosopographie des musiciennes des Ospedali de Venise (XVIIe-XVIIIe s.)
  • Vincent Vilmain (GSRL UMR 8582 CNRS/EPHE), « les femmes de la faculté de médecine de Paris (1871-1914) »

 

16 Janvier 2015 (Ens de Lyon) : Les partis et mouvements politiques

  • François Prigent (Université de Rennes), « Élites politiques et sociales, notables et mondes militants en Bretagne (XVIIIe-XIXe s .)
  • Pierre-Marie Delpu (CHXIX, Université Paris 1) , « Les milieux libéraux à Naples au XIXe s. »
  • Constance Margain (Université du Havre, UMR CNRS 6266 CIRTAI-IDEES – ZZF Potsdam), « Prosopographie des militants communistes »

 

4 Mars 2015 (Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine) : Les dictionnaires biographiques

  • Laurent Rollet (Centre R. Poincaré, Université de Nancy), « Les professeurs de la faculté de sciences de Nancy au XIXe s. »
  • Jean-Luc Chappey (IHRF, Université Paris 1), « Les dictionnaires biographiques sous la Révolution et l’Empire »
  • Thierry Claes (Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne), « Dictionnaire des financiers au XVIIIe s.)

 

8 Avril 2015 (Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine ) : La diplomatie

  • Olivier Sibre (Université Paris 4), « Les diplomates du Saint-Siège aux périodes moderne et contemporaine »
  • Virginie Martin (IHRF, Université Paris 1), « Les diplomates de la Révolution »
  • Guillaume Mouralis (ISP/CNRS Université Paris Ouest Nanterre ), « Nuremberg et les professions. Prosopographie des membres du Tribunal Militaire International (1945-1946) »

 

3 juin 2014 (Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine ) : Journée d’étude (10h-17h): prosopographie et Corpus échantillonnés, questions de méthode

Ouverture par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h 30 : Les pratiques d’échantillonnage respectives des archivistes et des chercheurs

  • Antoine Meissonnier et Mélanie Rebours (SIAF), « La pratique de la sélection par les archi- vistes »
  • Claire Lemercier (Sciences Po), « La méthode de l’échantillonnage en sciences sociales »
  • Claire Cotard (Services du Médiateur de la République), « Un exemple d’échantillonnage par les archivistes : les dossiers de la HALDE »
  • Anton Perdoncin (ENS Cachan), « Faire avec la configuration d’un fonds d’archives : l’échan- tillonnage aléatoire en pratique de dossiers de carrière des Houillères du Nord-Pas-de-Calais »

14h 15 : Populations « invisibles » et traitement informatique des séries échantillonnées

  • Anne Leblay-Kinoshita (Archives nationales), « Les catégories raciales au fil des archives »
  • Julien Alerini (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « L’archive comme métalangage. Exemple d’interrogation, d’extraction et d’analyse des données archivistiques »

Conclusion par Philippe Rygiel (Université Paris-Ouest Nanterre)

 

 

JE: La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale

Dans le cadre de l’École doctorale d’histoire (ED 113) de l’Université de Paris 1, est organisée le 29 mars 2014, une journée d’études doctorales consacrée à « La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale »

Programme
– Pierre-Marie Delpu (Un. Paris-1 – Centre d’histoire du XIXe siècle) : Introduction.
– Olga Popova (Un. Paris-1 – ArScAn) : Établir une prosopographie des notables urbains au Ier millénaire av. J.-C. : exemple d’une famille d’Ur.
– Vincent N’Guyen Van (Un. Paris-1 – ANHIMA) : Reconstruire un système politique d’après ses acteurs : les chevaliers romains de la période sévérienne (139-235).
– Jack Roskilly (Un. Paris-1 – Orient et Méditerranée) : Les sceaux des évêques byzantins (XIe-XIIe siècles) : une source pour l’étude prosopographique d’un groupe social.
– Pauline Ferrier (Un. Paris-4 – Centre Roland-Mousnier) : Prosopographie et histoire des femmes à l’époque moderne : l’enjeu de la visibilité.
– Guillaume Roubaud-Quashie (Un. Paris-1 – Centre d’histoire sociale du XXe siècle) : Les dirigeants des Jeunesses communistes saisis par la prosopographie.
– Robert Descimon (EHESS – Centre de recherches historiques) : conclusions.
Organisation : Pierre-Marie Delpu (Un. Paris 1, CHXIX) : pmdelpu [arobase] orange.fr ; Guillaume Roubaud-Quashie (Un. Paris 1, CHS) : Guillaume.Quashie-Vauclin [arobase] univ-paris1.fr

Présentation des intervenants et résumés des communications
Pierre-Marie DELPU, « Introduction »
Pierre-Marie Delpu, ancien élève de l’ENS-LSH, agrégé d’histoire, ancien research affiliate à l’Institut Remarque de New York University, est doctorant contractuel chargé de cours en histoire contemporaine à l’Université Paris-1 (Centre d’histoire du XIXe siècle). Sa thèse porte sur les libéraux napolitains du début du XIXe siècle (1815-1856), sous la direction du Pr. Gilles Pécout. Il a publié plusieurs articles et communications sur les libéraux napolitains dans les réseaux de l’Internationale libérale et participe à un projet collectif de base de données prosopographique sur le personnel politique de l’Europe post-révolutionnaire (CHEC-Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand).
Olga POPOVA, « Établir une prosopographie des notables urbains au 1er millénaire av. J-C. : exemple d’une famille d’Ur »
Olga Popova est doctorante contractuelle chargée de cours en histoire ancienne à l’Université Paris-1 (UMR 7041 ArScAn). Sa thèse porte sur les archives de la famille Gallâbu de la ville d’Ur, 6ème- 4ème siècles avant notre ère, sous la direction du Pr. Francis Joannès.
Les archives privées néo-babyloniennes en écriture cunéiforme permettent d’établir une prosopographie assez détaillée du milieu des notables urbains reliant leur vie familiale avec leurs activités professionnelles. Les 51 tablettes cunéiformes constituant l’archive familiale des « descendants du Barbier » (Gallâbu) retrouvées dans le niveau néo-babylonien de la ville d’Ur constituent un cas d’école de ce que peut être une telle prosopographie. C’est en effet la seule archive privée du 1er millénaire av. J.-C. qui couvre sept générations en continu: elle nous permet d’observer les activités de cette famille pendant 260 ans.
L’un des acquis potentiels d’une telle prosopographie est de permettre de mieux cerner le statut social de la famille Gallâbu. Il s’agit d’un bon exemple de notables urbains qui combinent des sources diverses de revenus : ils sont membres du clergé du temple du dieu Sîn et exploitent des terres agricoles concédées par l’adminsitration royale.
Nous nous interrogerons sur la façon d’exploiter ce type de source pour établir une prosopographie et sur les données que nous procurent les textes d’une telle archive. Le but de ce travail est de différencier les personnes portant le même nom, de faire les listes des transactions auxquelles participe chaque personnage, des activités dans lesquelles il est impliqué et de reconstituer à la fois les relations entre les divers membres de cette famille et la carrière des principaux d’entre eux.
Vincent N’GUYEN-VAN, « Reconstruire un système politique d’après ses acteurs : les chevaliers romains de la période sévérienne (139-235) »
Vincent N’Guyen-Van, certifié d’histoire-géographie, est doctorant contractuel chargé de cours en histoire romaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 8210 Anhima). Sa thèse, menée sous la direction du Pr. François Chausson, porte sur l’administration des provinces de Syrie et Mésopotamie sous la dynastie sévérienne.
Second ordre de l’Empire après le Sénat, l’ordre équestre a fait l’objet d’études systématiques, aujourd’hui incontournables dans l’historiographie de l’Antiquité. Étudiés avant tout comme des hauts fonctionnaires et des piliers de l’organisation militaire impériale, les chevaliers romains sont, au sens antique, des hommes politiques, à la fois notables de la République, chefs de guerre, administrateurs des biens du peuple romain et serviteurs de l’empereur qui fait et défait leur carrière.
Plutôt que d’étudier les chevaliers comme les membres d’une fonction publique anachronique, il convient d’envisager chaque chevalier comme un politicien qui construit sa carrière au gré des guerres et des révolutions de palais. La période sévérienne (193-235) est riche des unes comme des autres et c’est donc sur cette courte période que je propose de mener l’étude de l’ordre équestre, non pas en regard des institutions impériales, mais en fonction des vicissitudes de l’Empire sur la période.
Il s’agit alors de discerner, parmi les carrières brillantes et les ascensions avortées, l’importance des choix politiques de chaque chevalier lors des guerres civiles ou des rivalités fraternelles, lors des victoires et des défaites face aux barbares, mais aussi le poids de leurs origines et leur éventuel rattachement à un parti politique sénatorial.
Jack ROSKILLY, Les sceaux des évêques byzantins (XIe-XIIe siècles) : une source pour l’étude prosopographique d’un groupe social
Jack Roskilly, agrégé d’histoire, est doctorant contractuel chargé de cours en histoire médiévale à l’Université Paris-1 (UMR 8167 Orient et Méditerranée). Il consacre sa thèse aux évêques dans la société byzantine aux XIe-XIIe siècles, sous la direction du Pr. Michel Kaplan.
L’application des méthodes prosopographiques a permis une meilleure connaissance de l’aristocratie byzantine, notamment à travers l’exploitation des sceaux. L’épiscopat demeure cependant à la marge des travaux concernant les aristocrates byzantins.
Les études anciennes se sont concentrées sur les structures de l’Église byzantine ainsi que sur les carrières exceptionnelles et individuelles des évêques les mieux connus, ceux dont un nombre significatifs d’écrits nous sont parvenus. Ceux-ci sont cependant peu nombreux et occupent des sièges métropolitains ou archiépiscopaux importants : la représentativité de leur trajectoire est largement discutable. Face à ces grands prélats, les évêques de la base sont bien moins connus. Leur sceau est bien souvent la seule source dont nous disposons sur eux.
L’approfondissement de notre connaissance des évêques byzantin des XIe et XIIe siècles passe donc par l’établissement d’une prosopographie de ce groupe, dont les sceaux constituent une source essentielle. Nous proposons de présenter les sceaux épiscopaux, ainsi que les informations qu’ils contiennent en vue de l’établissement de fiches biographiques d’évêques. L’objectif de cette étude est de dégager des caractéristiques et des évolutions des évêques considérés comme un groupe social : leur origine sociale, leur carrière avant ou pendant leur épiscopat, leur dévotion envers un saint, les liens qu’ils peuvent entretenir entre eux…
Pauline FERRIER, « Prosopographie et histoire des femmes à l’époque moderne : l’enjeu de la visibilité »
Pauline Ferrier est doctorante contractuelle chargée de cours à l’Université Paris-4 (Centre Roland-Mousnier). Sa thèse porte sur les épouses des ministres au temps de Louis XIV, sous la direction du Pr. Lucien Bély. Elle a publié plusieurs communications consacrées à la duchesse de Bourgogne et à la symbolique du vêtement au XVIIe siècle.
Mon sujet de thèse me pousse à m’interroger sur des acteurs doublement invisibles. Anonymes (ces femmes sont peu connues des historiens et des chercheurs), « ils » sont aussi femmes, c’est-à-dire cette « autre moitié du monde » que les champs historiographiques ont longtemps ignoré. Le but de ma recherche est bien celui-ci : rendre les femmes nobles du XVIIe siècle visibles, « désanonymées ». En ce sens, l’angle prosopographique semble le plus adapté, car il oblige à réfléchir sur des femmes, qui sont alors identifiées, individualisées, et non pas sur les femmes, et encore moins sur la femme, ce qui engendrerait des raccourcis inopportuns.
Ainsi la présente communication visera dans un premier temps à expliquer la démarche de constitution du corpus, de définition du sujet et de limite critique à adopter.
Une seconde partie aura pour objet ma propre méthode de travail : comment « faire » de la prosopographie ? Quelles sources utiliser ? Comment, malgré les individualités et caractéristiques de chacune des femmes de mon étude, parvenir à les mettre en parallèle afin de tirer de cette réflexion des conclusions générales ?
Guillaume ROUBAUD-QUASHIE, « Les dirigeants des Jeunesses communistes saisis par la prosopographie »
Guillaume Roubaud-Quashie, agrégé d’histoire, est doctorant contractuel chargé de cours en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 (Centre d’histoire sociale). Sa thèse porte sur les jeunes communistes dans une perspective d’histoire sociale du politique (1945-fin des années 1970) sous la direction du Pr. Michel Pigenet. Auteur de L’Union de la jeunesse républicaine de France. 1945-1956 (l’Harmattan, 2009), co-auteur de Les Épreuves d’histoire et l’ESD aux concours (Sedes, 2011), il a notamment dirigé la journée d’études « Sur les chemins des jeunes communistes » (Paris-1, octobre 2010) et publié plusieurs articles et communications.
La prosopographie est née de la confrontation à cette « exceptionnelle pénurie documentaire » (Nicolet, 1970) qui caractérise les temps très anciens. Si elle se concentra longtemps sur le « Gotha » (Chastagnol, 1970), ses facultés de mettre en lumière ce qui semblait condamné aux ténèbres historiographiques ont permis de nouveaux regards sur les groupes qui échappent aux sources traditionnelles de l’historien : les « obscure people » (Momigliano, 1940) ou, au moins, les « élites obscures » (Pudal, 1989).
Mais dans l’étude que nous envisageons ici, celle des dirigeants nationaux des organisations de jeunesse communistes en France de la Libération jusqu’aux années 1970, nous sommes dans une large mesure dans le domaine de l’histoire du temps présent – si on entend par là, après François Bédarida (2001), cette histoire qui peut faire appel à des témoins vivants. Dès lors, nulle pénurie documentaire mais une pléthore documentaire asymptotique à l’infini. La prosopographie est-elle encore utile dès lors qu’elle ne saurait être un pis-aller ? C’est ainsi les apports propres de cette approche qu’on essaiera d’envisager.
La prosopographie, « établissement et juxtaposition de notices individuelles » (Nicolet, ibid.) et plus encore « recherche des éléments communs et des écarts différentiels présentés par des biographies particulières » (Maurin, 1982) permet de saisir socialement un groupe, par-delà ses discours. C’est ainsi une des voies obligées d’une histoire sociale du politique. Qui sont ces dirigeants ? La question est pleinement pertinente pour toute organisation. Elle l’est d’autant plus pour une organisation communiste où la question de classe occupe une place si centrale et dans le même temps changeante dans la période considérée.
Il s’agira ainsi d’analyser les origines et les profils sociaux des dirigeants considérés, tels qu’ils apparaissent dans les productions publiques communistes, mais aussi dans les documents autobiographiques internes destinés à la section des cadres du Parti communiste et, enfin, tels qu’ils ressortent d’entretiens exigeants menés par nous-même. Les évolutions et les écarts éventuels, mis en regard avec la ligne politique du moment ainsi qu’avec les évolutions sociales globales – dans l’esprit des travaux de sociobiographie entrepris par Paul Boulland (2011) –, ne devraient pas laisser de confirmer la prosopographie comme épiphanie.

Séminaire: La prosopographie, objets et méthodes – 2013-2014

Voici le programme de l’année pour le séminaire prosopographie, ouvert à tous et à diffuser très largement.

Organisé par le LARHRA, le LAMOP et les Archives nationales : Emmanuelle Picard, Armelle Le Goff, Édith Pirio, Catherine Mérot et Thierry Kouamé.

Programme en Pdf

Deuxième année (2013-2014) : Problèmes de sources et de méthodes

La deuxième année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur les sources, élément central de la réflexion en matière de prosopographie. L’analyse de corpus spécifique, caractérisés soit par la rareté et la complexité de l’analyse, soit par l’abondance et la précision des données constituera le fil directeur de la réflexion. Cette seconde année permettra en particulier d’ouvrir le débat aux historiens antiquisants, mais aussi aux autres disciplines et de faire travailler de concert archivistes et universitaires autour de ces questions de sources.

Le séminaire a lieu de 14h à 17h, lors des 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon, métro B « Debourg », salle F 004) et lors des 3 dernières aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer, 93300 Pierrefitte, métro 13 « St Denis-Université »).

11 octobre 2013 (Ens de Lyon) : Professions du monde économique

  • Mélanie Atrux (ISP, Université Paris X), « Les chambres d’agriculture au xxe siècle »
  • Pierre Vernus (LARHRA, Université Lyon II), « Le patronat français au XIXe et XXe siècles »
  • Cyprien Henry (Archives nationales), « Prosopographie des notaires français : une source inédite »

22 novembre 2013 (Ens de Lyon) : Au service de l’église

  • Bernard Dompnier et Isabelle Langlois (CHEC, Université Clermont-Ferrand II), « Les musiciens d’Église en France en 1790 »
  • Amandine Le Roux (LAMOP, Université Paris I), « Les collecteurs pontificaux en France et en Provence (XIVe-XVe siècles) »
  • Laura Pettinaroli (Institut catholique de Paris), « La prosopographie de la curie romaine contemporaine : le cas des cardinaux »

10 Janvier 2014 (Ens de Lyon) : Le monde de l’administration municipale

  • Julien Mathieu (Archives municipales de Valence), « Les architectes-voyers de la ville de Valence (XIXe siècle) »
  • Yvonne-Hélène Le Maresquier (Centre Roland-Mousnier, CNRS), « Les officiers municipaux de la ville de Paris (XVe siècle) »
  • Jean-Paul Pellegrinetti et Adeline Hernandez-beaurepaire (CEMMC, Université de Nice) « Les élites politiques méditerranéennes, de la Révolution française à nos jours (ANR icem) »

12 Février 2014 (Archives nationales, Pierrefitte) : Les communautés ecclésiastiques

  • Anne Massoni (CRIHAM, Université de Limoges), « Les chanoines de Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris (xive-xve siècles) »
  • Christine Barralis (CRULH, Université de Lorraine), « Évêques et chapitres cathédraux de France, 1200-1500 (Fasti Ecclesiae Gallicanae) »
  • Anne Jusseaume (CHSP, Science Po), « Les religieuses au XIXe siècle »

26 Mars 2014 (Archives nationales, Pierrefitte) : Des sources spécifiques pour la prosopographie des élites ?

  • François Denord (CSE, CNRS), « Le Who’s who »
  • Élisabeth Mornet (LAMOP, Université Paris I), « Les élites ecclésiastiques scandinaves (XIVe-XVe siècles) »
  • Francesco Beretta (LARHRA, CNRS), « Les élites intellectuelles italiennes (XVIe-XVIIIe siècles) »

4 juin 2014 (Archives nationales, Pierrefitte) : Faire de la prosopographie dans un contexte de sources rares

  • Karine Karila-Cohen (CREAAH, Université Rennes II), « Les notables athéniens de la basse époque hellénistique (IIe et Ier siècles av. J.-C.) : élaboration d’une base de données prosopographiques »
  • Jacques Péricard (CRIHAM, Université de Limoges), « Les évêques d’Aquitaine première au haut Moyen Âge »
  • Véronique Gazeau (CRAHAM, Université de Caen), « Les abbés bénédictins de Normandie (Xe-XIIe siècles) »

 

 

 

AAC: Database development workshop

A call for participants for a  « Database development workshop ».

Historians and other scholars with large databases of historical person data are invited to workshops to test and populate « Prosop », a project funded by the Office of Digital Humanities of the National Endowment for the Humanities.
The first of these workshops will be held at Brown University (Providence, RI) on May 17-18, 2013, with the generous support of Middle East Studies at Brown. A second workshop (with a different set of participants) will take place at Florida State University (Tallahassee, FL) in August 2013.

Prosop is a collaborative database of details about individuals in the past. Although it maps networks and discovers connections, it is not just facebook for dead people. In particular, it aims to:

  • manage diverse types of data from different historical settings,
  • aggregate of large quantities of person data,
  • accommodate uncertain and conflicting information, and
  • facilitate data-driven study of historical systems of description and
  • classification.

For more detailed information, visit our website at prosop.org

We’re looking for information about relatively large sets of relatively ordinary people from the past. Typically, this information is extracted from archival records used by microhistorians. For example, the database contains the name, age, address, and physical description of 700 criminal court defendants from 1880s Egypt. Prosop is meant to work for all kinds of historical person data, and we are especially interested in data in unusual formats (linguistic, topical, or otherwise) that will help us to develop the flexibility of the system. Also, we are looking for participants who are willing to share their data with the community of researchers using Prosop.

Each participant will have time to present his or her data, describing its characteristics and the ways it might interact with other person data. All of the data will be uploaded to Prosop by the time of the workshop, and participants will discuss issues of categorization and comparison that arise. We will work to find ways to link data and to make the system more usable. The workshop will provide a chance for historians and developers to communicate.

Workshop participants will contribute to the design of a tool that will enable new research into global social history, and will have early access to its results. They should gain new perspectives on their own data and its place in the global history of person information. Their experience and input will help to refine the system towards its aim, which is to encompass all categories of historical person data.

Participant costs will be covered by the organizers.
How to apply: send a letter of application to *prosopworkshop at gmail dot com*. The letter should include a general description of the data which you wish to contribute to the project. Where possible, please specify:

  • the number of persons in the database
  • the categories of information recorded about each person (e.g. name, age, birthplace, occupation)
  • the geographical and chronological range of the persons represented
  • the type of sources from which the information is drawn (language, archives, genres).

Further information

JE: Les ouvriers du livre et du papier, XIXe-XXe siècles: un chantier prosopographique

Le CHS du XXe s. (Paris 1 – CNRS) et le Centre de recherches historiques (EA 1571 – université Paris 8) organisent, le 9 février 2013, une journée d’étude consacrée aux « ouvriers du livre et du papier, XIXe-XXe siècles: un chantier prosopographique« , avec le soutien de l’IHOVAM, l’Institut d’histoire sociale CGT du Livre parisien et l’Ecole supérieure Estienne.

Lire la suite

JE: Prosopografie femminili

Le panel du congrès de la SIS, Società Italiana delle Storiche, consacré à la « Prosopografie femminili » et organisé par Sylvie Duval (EFR) comprendra les communications suivantes:

  • Anthony Alvarez-Melero (Universidad de Sevilla): Rédiger une prosopographie des femmes, une gageure ? L’exemple de la Rome antique.
  • Eleonora Rava (Università di Siena): Le recluse nella documentazione tardo-medievale.
  • Caroline Giron-Panel (Bibliothèque Nationale de France): Pour une approche interdisciplinaire du fait musical : prosopographie des musiciennes des ospedali de Venise (XVIIe-XVIIIe siècles)
  • Peggy Bette (Université Lyon 2): Nécessité et limites de l’approche prosopographique : la reconstitution d’itinéraires de vie de veuves françaises de la Première guerre mondiale (XXe siècle).
  • Modératrice: Tiziana Lazzari, Università di Bologna

Parution: Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles

Vient de paraître: Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles, sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère et d’Armelle Le Goff, Paris, Editions du CTHS, 2012, 267 p. [ISBN 978-2-7355-0774-0].

Présentation

AAC: Le corpus. Son contours, ses limites et sa cohérence »

Une annonce d’une journée d’études consacrée au « Corpus. Son contours, ses limites et sa cohérence » qui rejoint les préoccupations du séminaire prosopographie dans son approche méthodologique.
Présentation:
Après deux rencontres consacrées à l’historiographie et à la datation des sources, l’association Janua (Université de Poitiers, CESCM et HeRMA) propose aux jeunes chercheurs de présenter une communication sur le vaste sujet interdisciplinaire du « corpus ». Tout travail de recherche, quel que soit le champ d’études, repose en effet sur le choix, déterminant, des critères de sélection des documents. Or ces documents ne représentent qu’un échantillon de données, certes représentatif d’un domaine particulier, mais pouvant dissimuler d’autres réalités par ailleurs essentielles. La journée d’étude, ouverte aux jeunes chercheurs travaillant sur l’Antiquité ou le Moyen Âge, sera pour eux l’occasion de partager la ligne conductrice qu’ils ont choisi de suivre pour élaborer leur corpus, avec les avantages et les difficultés qu’elle implique. Les travaux présentés auront vocation à être publiés en ligne.
La présentation générale se trouve sur Calenda.

AAC: The Return of Biography: Reassessing Life Stories in Science Studies

Voici un appel à contribution susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet (transmis sur Theuth par C. Rabier):  « The Return of Biography: Reassessing Life Stories in Science Studies« ,  a one-day workshop at the Science Museum, London.

Call for papers:
To coincide with the close of the biographical exhibition Codebreaker: Alan Turing’s Life and Legacy, the Science Museum invites participation in a one-day workshop on the role of biography in science studies. Lire la suite

The medical world of early modern England, Wales and Ireland, c.1500-1715

Je remercie Christelle Rabier de m’avoir signalé cette initiative anglaise du Center for Medical History (University of Exeter) autour de l’histoire du monde médical, qui va donner lieu à la production d’une base de données de nature prosopographique: The medical world of early modern England, Wales and Ireland, c.1500-1715