Archives par étiquette : qualitatif

Billet: « De l’importance du discours de la méthode », Gabriel Garrote

« De l’importance du discours de la méthode », billet de Gabriel Garrote

 

Un dialogue de sourds

Présenter sa méthodologie est un exercice de style essentiel auquel tout un chacun n’apprécie pas toujours de se plier. En effet, de la pertinence de la méthodologie employée et de la rigueur des principes suivis dépendent la légitimité des résultats obtenus et leur reconnaissance par les pairs. En outre, l’exigence de résultats, le temps consacré aux recherches, le besoin de prouver l’avancée des travaux menés inclinent le plus souvent à communiquer non sur la méthode, mais sur le champ investigué, y compris dans le cadre de séminaires de méthodologie. Cependant, d’aucuns se réclament de telle ou telle méthode d’analyse : “analyse de réseau(x)”, “enquête de terrain(s)”, “prosopographie”, etc., sans toujours expliciter l’acception qu’il leur reconnaît ou l’usage qui en est fait. Or, sans cet effort de précision et de définition, les acteurs du monde universitaire se condamnent à se mécomprendre et à s’épuiser en vaines querelles. Pourtant, je me souviens de mes années post-baccalauréat et de ces enseignants qui soulignaient la nécessité de bien définir les termes des sujets que nous avions à traiter. Ce faisant, il s’agissait de poser les bases d’un dialogue, de constituer le socle théorique à partir duquel un raisonnement peut s’épanouir, de proposer une ligne directrice de réflexion et de poser les repères indispensables à qui veut éviter un exposé brumeux et abscon. Pourquoi ces préconisations, si utiles au sortir de l’adolescence, seraient-elles négligées à l’entrée dans le monde de la recherche ? Définir la méthode employée apparaît d’autant plus crucial lorsque cette dernière est sujette à acception multiple, à l’instar de la prosopographie, au risque de se réfugier derrière des généralités ou de se réclamer d’outils en vogue sans toujours les bien maîtriser.

Un socle commun

La prosopographie serait « une sorte de style de recherche, quelque chose de moins nettement défini en tout cas qu’une méthode, de moins rigide qu’un courant ou une école.[1] » Il m’a été donné d’en faire l’expérience à l’occasion d’un séminaire de recherche, lorsque, au cours d’une discussion entre l’intervenant et un membre du public, l’un contesta à l’autre l’utilisation du terme de “prosopographie” pour qualifier la méthode employée. Cette discussion fit apparaître que, par‑delà un air de famille certain, les travaux se revendiquant de la prosopographie adoptaient des pratiques divergentes, quoique complémentaires.

Il existe cependant un consensus quant :

1)    au rôle assigné à la proposopographie, soit : « the investigation of the common background characteristics of a group of actors in history by means of a collective study of their lives.[2] »

2)    à la finalité poursuivie par la prosopographie, à savoir : « to establish a universe to be studied, and then to ask a set of uniform questions about birth and death, marriage and family, social origins and inherited economic position, place of residence, education, amount and source of personal wealth, occupation, religion, experience of office, and so on[3] », visant à saisir les logiques qui ont présidé à la formation du groupe, ses critères d’entrée, sa porosité, ses rapports aux autres groupes, etc.

Néanmoins, par‑delà ce socle commun, des postures de recherche tendent à diverger, tant dans le traitement que dans la détermination du jeu de données étudiées.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 1)

La place accordée, respectivement, aux analyses quantitatives et qualitatives constitue un premier facteur de désunion. Se font face ceux qui, tel Christophe Charle, opèrent une distinction entre les « données sociales ou prosopographiques qui autorisent la comparaison » et « des données plus qualitatives[4] », et d’autres qui, à l’exemple de Natalie Petiteau[5], considèrent la statistique comme un outil complémentaire de la prosopographie et n’en relevant pas. Ces divergences ne sont pas anodines, mais expriment la nécessité d’adapter la posture de recherche à l’objet investigué. S’explique ainsi que les seconds privilégient l’étude de petits groupes élitaires pour lesquels on dispose le plus souvent d’un plus large éventail d’informations susceptibles de donner à lire l’univers dans lequel ils évoluaient. Tandis que les premiers procèdent essentiellement à des analyses sur de larges groupes moins bien renseignés sur ce point.

La première tendance porte en germe le danger de donner naissance à des individus moyens et fictifs, plutôt que de révéler toute la palette des profils d’un groupe par‑delà les traits de caractère partagés. Autrement dit, elle s’expose à concentrer l’analyse sur « un autobus qui aurait oublié ses voyageurs[6] » – pour reprendre la métaphore de Jean‑Claude Passeron,. À l’inverse, la seconde tendance comporte le risque de « produire une accumulation de fiches qui ne sont pas de vraies biographies, sans pour autant pouvoir être réellement comparées de façon quantifiée.[7] » Aussi l’analyse prosopographique doit‑elle s’appuyer conjointement sur des études statistiques et des éclairages qualitatifs et non les considérer comme des postures exclusives. Cela d’autant plus que les progrès de l’informatique permettent de dépasser ce clivage en dotant les historiens d’outils d’analyse (factorielle, de réseaux, de séquences, de régressions, de textométrie, etc.) qui offrent des possibilités d’explorations embrassant l’ensemble d’un corpus sans perdre de vue l’individu.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 2)

Tout travail prosopographique se situe à la croisée d’un questionnaire (plus ou moins long) et d’un corpus (plus ou moins étendu). Plus le questionnaire est long et touche aux divers pans d’un parcours de vie et plus la population doit être ciblée et réduite. À l’inverse, étudier en totalité un groupe d’individus nombreux nécessite bien souvent de renoncer à vouloir tout connaître sur tout le monde. Une telle assertion ne vaut cependant que dans le cadre d’un travail individuel répondant à des contraintes temporelles de court ou moyen terme. Deux postures difficilement conciliables qui divisent, là encore, la communauté historienne. D’un côté ceux qui, à l’instar de Christophe Charle, déclarent qu’il est préférable d’investiguer de petits échantillons saturés d’informations plutôt que l’intégralité d’un groupe sur peu de variables[8]. De l’autre, certains soulignent les dangers d’une démarche qui, visant à l’exhaustivité des données, porterait en germe le risque d’une érudition foisonnante dénuée de sens[9]. La posture de ces derniers se trouve confortée par l’idée que l’exhaustivité ne constitue pas une condition sine qua non puisqu’il est possible de décrire un groupe et de mettre au jour ses principales caractéristiques sans en dresser un portrait détaillé, sans l’avoir analysé dans le détail. En effet, si la biographie à une visée totalisante, la prosopographie doit, à l’inverse, discriminer rigoureusement les informations recherchées en fonction des interrogations soulevées[10].

À l’exhaustivité des informations relatives à quelques individus fait face l’exhaustivité d’un ou plusieurs types de données sur l’ensemble du groupe. À nouveau ces deux perspectives s’avèrent complémentaires plus qu’antagonistes. De fait, la seconde en dressant un panorama du corpus, en repérant les règles et les récurrences, les accidents et les anomalies, permet de cibler un ou plusieurs échantillons, selon la problématique posée, sur lequel pourront être menées des analyses plus approfondies. Au contraire, si une enquête complète est réalisée sur un sous-groupe ou un échantillon, savoir dans quelle mesure les résultats obtenus sont  généralisables à l’ensemble du corpus requiert de disposer de points de comparaison avec ce dernier et d’en connaître les principales caractéristiques.

Au terme de la discussion

En présentant ces divergences, il ne s’agissait pas ni de dresser un tableau exhaustif des problèmes soulevés par la prosopographie, ni de montrer la supériorité d’une approche. Plus modeste, la finalité de ce billet n’est, d’une part, que de pointer des pratiques complémentaires souvent utilisées à l’exclusion les unes des autres, et dont les choix ne sont que trop rarement justifiés, et les implications rarement explicitées. Elle est, d’autre part, d’attirer l’attention sur la nécessité de bien spécifier les tenants et aboutissants de la marche suivie, de légitimer le parti pris et d’en pointer les avantages et limites, et, enfin, de ne pas considérer la prosopographie comme une démarche univoque et allant de soi.


[1] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, pp. 1‑2.

[2] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 46.

[3] Ibid.

[4] À propos du projet d’une prosopographie des universitaires. Bulletin IHMC, n° 8, 1984, cité par Hervé Joly, De la sociologie à la prosopographie historique des élites, op. cit., p. 39.

[5] Natalie Petiteau, « Prosopographie et noblesse impériale : de l’histoire d’une élite à l’histoire sociale », Histoire, économie et société, 1998, vol. 17, n° 2, pp. 277‑285.

[6] Jean‑Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, n° 1, p. 10.

[7] Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2010, p. 21.

[8] Christophe Charle, « Où en est l’histoire sociale des élites et de la bourgeoisie ? Essai de bilan critique de l’historiographie contemporaine », Francia, 1991, n° 18‑3, p. 133.

[9] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 49.

[10] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, p. 6.