Archives mensuelles : septembre 2012

Séminaire 2012-2013: informations pratiques

Les trois premières séances du séminaire (12 octobre, 30 novembre et 11 janvier) auront lieu le vendredi de 14h à 17h à l’ENS de Lyon, en salle F004 (bâtiment formation).

Pour se rendre à l’ENS de Lyon, en provenance de la gare de Lyon Part-Dieu, prendre le métro ligne 2, direction Stade de Gerland et descendre à la station Debourg.

 

« La France savante »

Voici l’annonce d’une journée organisée par le Comité des Travaux historiques et scientifiques, sur la « France savante« , le 8 novembre 2012, à la Sorbonne (Salle des commissions).

 

La mise en place d’une base de données collaborative « La France savante » (savants membres des Sociétés académiques et savantes depuis le XVIe siècle) est engagée depuis 2001, mais elle connaît un développement significatif depuis 2011. L’objectif de la base est de recenser l’ensemble des savants qui ont animé les sociétés savantes ou qui en ont été de plus modestes acteurs. Cet outil doit permettre à l’avenir d’identifier les réseaux de relations qui se sont tissés entre eux et elles et cette base constituera un matériau de recherche à disposition des chercheurs désireux d’étudier les « élites » intellectuelles.

Cette entreprise a été relancée selon deux axes, l’un, thématique, en direction des sociétés d’Antiquaires et le second, régional, consacré en particulier aux sociétés de la Région Rhône-Alpes mais aussi du Centre-Ouest de la France. Ce projet mobilise au premier chef les sociétés savantes concernées, mais aussi les animateurs de ce programme porté par la section d’Histoire contemporaine du CTHS.

A ce jour, l’annuaire des sociétés savantes comprend plus de 3 000 sociétés (1 700 en 2002) et 12 000 fiches de membres (6 000 fin 2010).

Il a semblé important de montrer lors de cette journée d’études, organisée par le CTHS et l’association des Amis du CTHS et des sociétés savantes, le fonctionnement de la base, l’importance scientifique de l’entreprise afin de mobiliser plus de sociétés et de participants à cette collecte de données.

Après cette présentation liminaire de l’outil, de son ergonomie générale et des règles simples d’usage, quelques communications illustreront le travail en cours (exposé 30 min, discussions 15 min).

Programme prévisionnel

  • 9 h : Accueil des participants
  • 9 h15 – 9 h 30 : Claude MORDANT (Président du CTHS), Le CTHS et les sociétés savantes, le contexte institutionnel de la base de données « France savante »
  • 9 h 30 – 10 h 15 : Martine FRANCOIS (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les médecins dans les sociétés savantes de la région Rhône-Alpes : réseaux et particularités selon les villes
  • 10 h 15 – 11 h : Claude-Isabelle BRELOT (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les membres « inactifs » des sociétés savantes comtoises
  • 11 h – 11 h 30 : pause
  • 11 h 30 – 12 h 15 : Bruno DELMAS (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les savants français membres de sociétés savantes étrangères : l’exemple de l’Académie des sciences de Russie à l’époque soviétique
  • 12 h15 – 13 h30 : buffet
  • 13 h 30 – 14 h 15 : Ange ROVERE (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), L’ouverture des sociétés savantes corses aux chercheurs du continent (XIXe-XXe siècles)
  • 14 h 15 – 15 h : Nicole LEMAITRE (section Histoire moderne du CTHS), Les prêtres et la fondation des sociétés savantes à la fin du XIXe siècle : l’exemple de la Corrèze
  • 15 h – 15 h 45 : Tiphaine BARTHELEMY (section Anthropologie sociale et ethnologie du CTHS), Sociabilité des élites et sociétés savantes : les Antiquaires de Picardie
  • 15 h 45 – 16 h 30 : discussion générale et conclusion de la journée (Catherine GROS, déléguée générale du CTHS)

Lieu : l’accès à la Salle des Commissions se fait par le 46, rue St-Jacques, Paris 5e (2e étage)

Formulaire d’inscriptionProgramme en pièce jointe

Le monde enseignant

La première séance du séminaire, le 12 octobre, sera consacrée à la prosopographie du monde enseignant. Dans cette perspective, voici quelques liens et références pour ceux qui s’y intéressent particulièrement:

• le blog Héloise, qui rend compte de l’activité d’un nouveau réseau dédié aux bases de données sur les universités européennes; nombre d’entre elles comportent une perspective prosopographique. Le projet Studium Parisiense sera présenté lors du séminaire. On trouve d’autres informations sur la page du Lamop.

• Le projet relatif à la faculté des sciences de Paris au XIXe siècle est présenté dans un article à paraître prochainement « Quelle approche prosopographique?« .

• Enfin, on peut consulter la page de Pierre-Yves Lacour.

« La prosopographie: objets et méthodes »

 

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le projet plus vaste d’ouvrir des lieux de réflexion, de débat et d’échange sur les pratiques mises en oeuvre dans l’opération prosopographique. A cette fin, un séminaire débutera en octobre 2012, ouvert à tous. Cette première année sera consacrée à une réflexion sur les modalités de construction d’une population. Il réunira des médiévistes, des modernistes et des contemporéanistes autour de séances thématiques dont le programme est ci-dessous.

 

« La prosopographie : objets et méthodes »

Organisé par le LARHRA, le LAMOP et les Archives nationales :

Emmanuelle Picard, Armelle Le Goff, Edith Pirio, Cathérine Mérot, Claire Lemercier, Francesco Beretta, Pierre Vernus, Laurent Feller et Thierry Kouamé.

Les travaux se réclamant d’une approche prosopographique sont aujourd’hui très nombreux, à propos de toute les périodes historiques et même dans d’autres sciences sociales. Ils sont le reflet d’un renouveau d’intérêt pour les enquêtes larges et leur traitement quantitatif, mais aussi d’un attrait croissant pour des formes de publication de type dictionnaire ou bases de données en ligne. Si les objets et les périodes envisagées sont très divers, il en est de même des méthodologies utilisées.

Il nous a paru intéressant de revenir sur la question de la méthode prosopographique, dans une perspective qui prendrait en compte les travaux réalisés et en cours, sur le plan à la fois scientifique (construction des objets et des questionnements) et méthodologique (sources, données, saisie et traitement, restitution). En discutant les choix préalables à la construction de l’enquête, les difficultés rencontrées et les solutions concrètes mises en œuvre pour les dépasser, ce séminaire souhaite offrir un lieu de réflexion sur les conditions d’une prosopographie efficace. Il se veut également un lieu de confrontation entre les différentes sciences sociales qui y ont recours, de discussion quant aux choix inévitables qu’une telle approche impose et ambitionne de produire, à terme, des ressources réflexives qui puissent être mobilisées pour des recherches futures.

Ce séminaire s’inscrit par ailleurs dans la volonté de proposer un lieu de rencontre et de collaboration entre les chercheurs et les archivistes, en s’intéressant en particulier aux sources disponibles, aux conditions de leur production et de leur mise à disposition, dont la méconnaissance conduit parfois à des usages inappropriés. Il sera également l’occasion de mettre en évidence des gisements de données mal ou peu connus et de valoriser des sources inédites. Dans cette perspective, la participation des archivistes est un élément déterminant dans une réflexion d’ensemble, qui intègre autant les questions de construction d’un objet scientifique que la recherche des modalités les plus fécondes pour y répondre.

Construit dans une logique pluriannuelle, ce séminaire sera organisé sous forme semestrielle, le premier semestre se déroulant à Lyon, le second à Paris, afin de permettre aux chercheurs et aux étudiants intéressés d’être nombreux à y participer. Il pourra s’adosser à un carnet de recherches Hypothèses, mettant à disposition du plus grand nombre des enregistrements de séances, des références bibliographiques et des liens pertinents. De cette façon, nous souhaitons construire un outil qui puisse intéresser le plus grand nombre et favoriser le développement d’une réflexion de fond sur une méthode aussi riche que complexe à mettre en œuvre.

Première année (2012-2013) : Construire une population

Thématique : La première année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur l’articulation du triptyque « construction d’un objet-définition d’une population-choix des données ». Dans la mesure où le recours à la méthode prosopographique induit un travail de définition et de délimitation de l’objet étudié, il nous a paru fondamental de nous arrêter aux questions corollaires, pour tenter de mettre en évidence les enjeux qui président aux opérations de définition préalables à la constitution de la population choisie. Si dans certains cas, la population préexiste à l’enquête (membres du PCF par exemple) ou qu’elle est déterminée par les sources disponibles (registres d’immatriculation des étudiants au Moyen Age), il n’en reste pas moins qu’elle impose une réflexion sur le type de questionnement auquel elle prétend répondre (construction de l’objet), sur l’usage des données disponibles et la recherche de sources supplémentaires. On peut aussi se poser la question des comparaisons externes possibles, notamment par la construction d’échantillons de contrôle. Des contraintes similaires peuvent être également observées du fait de l’inaccessibilité ou de l’inexistence des données, obligeant les chercheurs à reconsidérer la population à retenir et le questionnaire à lui appliquer. Un troisième cas de figure se présente quand l’abondance des matériaux impose une réflexion approfondie sur les limites à donner à l’enquête.

Ce séminaire est destiné à confronter et à discuter les choix opérés lors d’enquêtes prosopographiques concrètes, dans la perspective de permettre une capitalisation des expériences réalisées. Il sera complété par un carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses, ainsi qu’une liste de discussion dédiée. Il est ouvert à tous, étudiants de master, doctorants, jeunes chercheurs et plus aguerris, sans restriction de discipline ou de période.

Programme :

12 octobre 2012 (Ens de Lyon) : « Le monde enseignant »

Pierre-Yves Lacour, « Les professeurs d’histoire naturelle des Écoles centrales (1795-1802) »

Emmanuelle Picard, « les professeurs de la faculté des sciences de Paris (XIXe) »

Thierry Kouamé, « les écoles et l’université de Paris XIIe-XVe (Studium Parisiense) »

30 novembre 2012 (Ens de Lyon) : « Les Français à l’étranger »

Francine-Dominique Lichtenhan, « les Français en Russie (XVIIIe-XXe) »

Pascal Riviale, « Les Français au Pérou (XIXe) »

Anne Mézin, « les consuls de France à l’étranger (XVIIe-XVIIIe) »

11 janvier 2013 (Ens de Lyon) : « Autour de corpus originaux »

Philippe Maurice, « Le Gévaudan (XIIIe-XVe) »

Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Les juifs de Lens (XXe) »

Marie Thébaud-Sorger et Claire Barillé, « Les indemnisés de l’explosion de la Poudrerie de Grenelle sous la Révolution »

13 mars 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Administration »

Olivier Canteaut, « Les hommes de gouvernement (début XIVe) »

Marie-Clotilde Meillerant et Camilo Argibay, « L’administration française (XIXe) [ANR Mosare] »

Philippe Depreux, « La cour carolingienne (fin VIIIe-IXe) »

10 avril 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Mondes savants »

Christiane Demeulenaere et Liliane Perez, « Les inventeurs (XIXe) »

Nadia Prévost-Urkidi, « La naissance de l’américanisme en France (XIXe) »

Bruno Delmas, « La France savante (XVIe-XXe) »

15 mai 2013 (Cité des Archives, Pierrefitte) : « Engagements »

Claude Pennetier, « Les permanents du PCF (XXe) »

Alix Heiniger, « Les gardiens du temple: l’OCDE et l’internationalisation de l’expertise économique après 1945. »

Hugues Labarthe, « L’engagement politique des Gascons lors du Grand schisme (fin XIVe-début XVe) »

Contacts :

–       Armelle Le Goff (Archives nationales) : armelle.le-goff@culture.gouv.fr

–       Emmanuelle Picard (Larhra, ENSL) : emmanuelle.picard@ens-lyon.fr

 

Prosopographie

Ce carnet se veut un espace de discussion dédié à tous ceux qu’intéresse la méthode prosopographique, sans distinction d’objet, de période ou de discipline. Il a vocation à mettre en commun les ressources, les expériences et les débats sur ce thème et accompagne un séminaire annuel ouvert à tous, co-organisé par le Larhra, le Lamop et les Archives nationales.