Archives de catégorie : Billets

Séminaire 2017-2018

PROGRAMME DES SÉANCES

Les séances lyonnaises ont lieu à l’ENS de Lyon de 14h à 17h; les séances parisiennes ont lieu à la Sorbonne, Salle Perroy aux mêmes horaires.

Le séminaire est ouvert à tous.

Programme en PDF

13 OCTOBRE 2017 (LYON) : LE MILIEU DE L’ART
– Marco CAVIETTI (École française de Rome / ERC PerformArt) et Élodie ORIOL (CNRS /
ERC PerformArt), Artistes et patrons à Rome au XVIIIe siècle : itinéraires dans les
archives Borghèse et Caetani
– Marie GISPERT (Univ. Paris 1 / HiCSA) et Gérald KEMBELLEC (CNAM / Dicen-IDF), Les
Bibliographies de critiques d’art francophones

24 NOVEMBRE 2017 (LYON) : LES INSTITUTIONS ARTISTIQUES
– Alexandre VINCENT (Univ. de Poitiers / HeRMA), Les musiciens professionnels au
service de la Cité (de la fin de la République romaine à l’Empire)
– Zané PURMALE (Univ. Bordeaux Montaigne / Centre Fr.-G. Pariset), Les administrateurs
de la manufacture des Gobelins sous la Troisième République et leur réseau : les apports
de la prosopographie

26 JANVIER 2018 (PARIS) : LES ACTEURS DES ÉCHANGES
– Madalina DANA (Univ. Paris 1 / ANHIMA), Culture et mobilité dans le Pont-Euxin. Une
approche prosopographique de la vie culturelle des cités grecques
– Aurélien MONTEL (Univ. Lyon 2 – Casa de Velázquez / CIHAM), Étudier les réseaux
savants de l’Occident musulman (IXe-XIe siècle) : enjeux et limites de la méthode prosopographique
– Bruno BELHOSTE (Univ. Paris 1 / IHMC), Les membres de la Société de l’Harmonie
Universelle à la fin du XVIIIe siècle

23 MARS 2018 (PARIS) : LES ÉLITES « INTERMÉDIAIRES »
– Gergely KISS (Univ. de Pècs / LAMOP), Les légats pontificaux dans la Hongrie médiévale: le projet DeLegatOnline
– Gaïd ANDRO (Univ. de Nantes / CREN), Les procureurs généraux syndics de la Révolution
française (1780-1830)
– Marie ABERDAM (Univ. Paris 1 / SIRICE-CHAC), Intermédiaires et intermédiations : les
mandarins cambodgiens au service du Protectorat français (1863-1953)

13 AVRIL 2018 (PARIS) : LES ÉLITES POLITIQUES INTERNATIONALES
– Vincent PUECH (Univ. de Versailles – Saint-Quentin / DYPAC), Les élites politiques de
l’empire byzantin
– Fanny MADELINE (Univ. Paris 1 / LAMOP), Pour une prosopographie des officiers
royaux dans l’« empire Plantagenêt »
– Francisco ROA BASTOS (Univ. de Strasbourg / SAGE), Étude d’un « groupe discursif » :
comment (et pourquoi) faire la prosopographie des chercheurs ayant écrit sur les partis
politiques européens ?

1er JUIN 2018 (PARIS) : PROSOPOGRAPHIE ET BIOGRAPHIE
– Robinson BAUDRY (Univ. Paris Nanterre / ArScAn), Le principat d’Auguste à travers la
prosopographie des magistrats
– Claire TIGNOLET (ENSSIB), Le parcours biographique de l’évêque Théodulfe d’Orléans
(† 820/821)

Séminaire 2016-2017

PROGRAMME

La cinquième année du séminaire consacrera ses travaux à poursuivre et approfondir la réflexion engagée, l’an dernier, sur les questions de recherche auxquelles la prosopographie peut aider à répondre. Tout objet ou toute hypothèse ne peuvent en effet tirer profit d’une telle approche, par défaut de sources mais aussi par la nature même des interrogations envisagées.

Dans d’autres cas au contraire, la prosopographie non prévue initialement semble finalement s’imposer comme seule méthode propre à résoudre certaines questions. Enfin, une prosopographie planifiée pour répondre à certains types de questionnement peut finalement produire des données qui iront bien au-delà des résultats attendus et ouvriront de nouvelles pistes. C’est donc autour des questions de recherche qui fondent ou qui résultent du recours à la prosopographie que le séminaire se propose de construire son travail annuel.

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 17h : les deux premières séances à l’École normale supérieure de Lyon (15, parvis René Descartes – 69007 Lyon – métro B, station Debourg) et les quatre suivantes à l’Université Paris 1 (14, rue Cujas – 75005 Paris – galerie J.-B. Dumas, esc. R, salle Perroy).

14 OCTOBRE 2016 (LYON) : LES ÉLITES ACADÉMIQUES

  • Nathalie GOROCHOV (Univ. Paris-Est Créteil / CRHEC), Les premiers maîtres de l’université de Paris (fin XIIe-milieu XIIIe siècle)
  • Catherine FILLON (Univ. de Saint-Étienne / CERCRID), Les enseignants des facultés de droit en France aux XIXe et XXe siècles
  • Pierre VERSCHUEREN (Univ. Paris 1 – Collège de France / IHMC), La prosopographie des docteurs en sciences physiques (1944-1960)

18 NOVEMBRE 2016 (LYON) : ÉDUCATEURS, ÉDUCATRICES

  • Ulrike KRAMPL (Univ. de Tours / CeTHiS), Un corpus de maîtres de langues à Paris au XVIIIe siècle
  • Loïc SZERDAHELYI (Univ. Lyon 1 / L-ViS), Parcours d’enseignantes d’éducation physique et sportive en France (1941-1989)

27 JANVIER 2017 (PARIS) : LES MONDES LITTÉRAIRES

  • Jean-Philippe GENET (Univ. Paris 1 / LAMOP), La prosopographie des auteurs anglais au Moyen Âge
  • Sabine JURATIC (CNRS / IHMC), La prosopographie des gens du livre en France au XVIIIe siècle
  • Viera REBOLLEDO-DHUIN (Univ. de Versailles – Saint-Quentin / CHCSC), Les éditeurs français au XIXe siècle

10 MARS 2017 (PARIS) : LES ADMINISTRATEURS LOCAUX

  • Christelle BALOUZAT-LOUBET (Univ. de Lorraine / CRULH), Le gouvernement de la principauté d’Artois au début du XIVe siècle
  • Vincent MEYZIE (Univ. Paris-Ouest Nanterre / CHISCO), Les officiers et administrateurs de rang moyen en France (XVIIe-XVIIIe siècle)
  • Vincent DENIS (Univ. Paris 1 – IUF / IHMC), Les commissaires de police parisiens de la Révolution au début du XIXe siècle

28 AVRIL 2017 (PARIS) : LA NOBLESSE

  • Cyrielle LANDREA (Univ. Paris 1 / ANHIMA), La prosopographie d’une famille noble romaine : les Valerii Messallae (Ier siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C.)
  • Maïté BILLORÉ (Univ. Lyon 3 / CIHAM), La noblesse normande d’Henri II Plantagenêt à Philippe Auguste
  • Élie HADDAD (CNRS / CRH), De quelques « maisons » nobles entre XVIe et XVIIIe siècle

2 JUIN 2017 (PARIS) : LES EXPERTS

  • Marie-Laurence HAACK (Univ. de Picardie / TRAME), Les haruspices dans le monde romain
  • Johan PICOT (Univ. Bordeaux Montaigne / Ausonius), Les experts du tribunal de la Purge de Montferrand : médecins, barbiers, chirurgiens et apothicaires (milieu XIVemilieu
  • XVIe siècle)
  • Jean-Dominique DELLE LUCHE (EHESS / LabEx HaStec – LAMOP), Les fabricants d’arbalètes et d’arquebuses dans les villes du Saint Empire aux XVe et XVIe siècles

 

Contact: emmanuelle.picard  **** ens-lyon.fr

Séminaire « La prosopographie, objet et méthodes » – 2015/2016

Programme 2015-2016

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 17h : les 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15, parvis René Descartes – 69007 Lyon – métro B, station « Debourg ») et les 3 dernières a l’Université Paris I (1, rue Victor Cousin – 75005 Paris – salle Perroy, galerie J.-B. Dumas, esc. R, 4 étage).

16 OCTOBRE 2015 (LYON) : LES MILIEUX ARTISTIQUES

  • Émilie COTTEREAU-GABILLET (Univ. Paris 1), « Les copistes français de manuscrits (XIVe -XVe siècles) »
  • Marie THÉGARID (Univ. de Tours) et Catherine MÉROT (Archives nationales), « Les élèves du Conservatoire national de musique de Paris au XIXe siècle »
  • Jessica KOHN (Univ. Paris 3), « Les dessinateurs-illustrateurs dans l’espace franco-belge de 1945 à 1968 »

27 NOVEMBRE 2015 (LYON) : LES MILITAIRES

  • Bertrand AUGIER (Univ. Paris 10), « Imperatores et officiers au dernier siècle de la République romaine »
  • Loïc CAZAUX (CIHAM-UMR 5648), « Les capitaines du roi de France à la fin du Moyen Âge »
  • Julie D’ANDURAIN (CDEF-École militaire), « Les officiers coloniaux à la fin du XIXe siècle »

15 JANVIER 2016 (LYON): L’INSTITUTIONNALISATION DE LA VERTU

  • Anna HELLER (Univ. de Tours), « Les titres honorifiques accordés par les cités d’Asie Mineure à l’époque romaine »
  • Jean-Luc CHAPPEY (Univ. Paris1), «La fabrication de l’homme illustre après la Révolution française »
  • Cindy BANSE (Univ. Lyon 2), « Prosopographier les Justes parmi les nations »

11 MARS 2016 (PARIS) : LES ÉLITES URBAINES

  • Vanessa VAN RENTERGHEM (INALCO), « Les élites bagdadiennes aux XIe et XIIe siècles »
  • Boris BOVE (Univ. Paris 8), « La bourgeoisie parisienne aux XIIIe et XIVe siècles »
  • Albane COGNÉ (Univ. de Tours), « Le patriciat milanais au XVIIIe siècle »

8 AVRIL 2016 (PARIS) : LE PERSONNEL COLONIAL

  • Clément THIBAUD (Univ. de Nantes), «Prosopographie des Antilles coloniales à la période révolutionnaire »
  • Annick LACROIX (INALCO), « Des postiers non-citoyens dans l’Algérie colonisée (1900- 1939)»
  • Stève BESSAC-VAURE (Univ. Clermont 2), « Les agents du maintien de l’ordre dans le nord du Maroc colonial (1912-1936) »

3 JUIN 2016 (PARIS) : LA QUESTION DU NOM EN PROSOPOGRAPHIE

  • Pascal CHAREILLE (Univ. de Tours), « Les méthodes de l’anthroponymie médiévale »
  • Violaine SÉBILLOTTE (Univ. Paris 1), « Nommer les femmes dans l’Antiquité grecque »

Billet: « De l’importance du discours de la méthode », Gabriel Garrote

« De l’importance du discours de la méthode », billet de Gabriel Garrote

 

Un dialogue de sourds

Présenter sa méthodologie est un exercice de style essentiel auquel tout un chacun n’apprécie pas toujours de se plier. En effet, de la pertinence de la méthodologie employée et de la rigueur des principes suivis dépendent la légitimité des résultats obtenus et leur reconnaissance par les pairs. En outre, l’exigence de résultats, le temps consacré aux recherches, le besoin de prouver l’avancée des travaux menés inclinent le plus souvent à communiquer non sur la méthode, mais sur le champ investigué, y compris dans le cadre de séminaires de méthodologie. Cependant, d’aucuns se réclament de telle ou telle méthode d’analyse : “analyse de réseau(x)”, “enquête de terrain(s)”, “prosopographie”, etc., sans toujours expliciter l’acception qu’il leur reconnaît ou l’usage qui en est fait. Or, sans cet effort de précision et de définition, les acteurs du monde universitaire se condamnent à se mécomprendre et à s’épuiser en vaines querelles. Pourtant, je me souviens de mes années post-baccalauréat et de ces enseignants qui soulignaient la nécessité de bien définir les termes des sujets que nous avions à traiter. Ce faisant, il s’agissait de poser les bases d’un dialogue, de constituer le socle théorique à partir duquel un raisonnement peut s’épanouir, de proposer une ligne directrice de réflexion et de poser les repères indispensables à qui veut éviter un exposé brumeux et abscon. Pourquoi ces préconisations, si utiles au sortir de l’adolescence, seraient-elles négligées à l’entrée dans le monde de la recherche ? Définir la méthode employée apparaît d’autant plus crucial lorsque cette dernière est sujette à acception multiple, à l’instar de la prosopographie, au risque de se réfugier derrière des généralités ou de se réclamer d’outils en vogue sans toujours les bien maîtriser.

Un socle commun

La prosopographie serait « une sorte de style de recherche, quelque chose de moins nettement défini en tout cas qu’une méthode, de moins rigide qu’un courant ou une école.[1] » Il m’a été donné d’en faire l’expérience à l’occasion d’un séminaire de recherche, lorsque, au cours d’une discussion entre l’intervenant et un membre du public, l’un contesta à l’autre l’utilisation du terme de “prosopographie” pour qualifier la méthode employée. Cette discussion fit apparaître que, par‑delà un air de famille certain, les travaux se revendiquant de la prosopographie adoptaient des pratiques divergentes, quoique complémentaires.

Il existe cependant un consensus quant :

1)    au rôle assigné à la proposopographie, soit : « the investigation of the common background characteristics of a group of actors in history by means of a collective study of their lives.[2] »

2)    à la finalité poursuivie par la prosopographie, à savoir : « to establish a universe to be studied, and then to ask a set of uniform questions about birth and death, marriage and family, social origins and inherited economic position, place of residence, education, amount and source of personal wealth, occupation, religion, experience of office, and so on[3] », visant à saisir les logiques qui ont présidé à la formation du groupe, ses critères d’entrée, sa porosité, ses rapports aux autres groupes, etc.

Néanmoins, par‑delà ce socle commun, des postures de recherche tendent à diverger, tant dans le traitement que dans la détermination du jeu de données étudiées.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 1)

La place accordée, respectivement, aux analyses quantitatives et qualitatives constitue un premier facteur de désunion. Se font face ceux qui, tel Christophe Charle, opèrent une distinction entre les « données sociales ou prosopographiques qui autorisent la comparaison » et « des données plus qualitatives[4] », et d’autres qui, à l’exemple de Natalie Petiteau[5], considèrent la statistique comme un outil complémentaire de la prosopographie et n’en relevant pas. Ces divergences ne sont pas anodines, mais expriment la nécessité d’adapter la posture de recherche à l’objet investigué. S’explique ainsi que les seconds privilégient l’étude de petits groupes élitaires pour lesquels on dispose le plus souvent d’un plus large éventail d’informations susceptibles de donner à lire l’univers dans lequel ils évoluaient. Tandis que les premiers procèdent essentiellement à des analyses sur de larges groupes moins bien renseignés sur ce point.

La première tendance porte en germe le danger de donner naissance à des individus moyens et fictifs, plutôt que de révéler toute la palette des profils d’un groupe par‑delà les traits de caractère partagés. Autrement dit, elle s’expose à concentrer l’analyse sur « un autobus qui aurait oublié ses voyageurs[6] » – pour reprendre la métaphore de Jean‑Claude Passeron,. À l’inverse, la seconde tendance comporte le risque de « produire une accumulation de fiches qui ne sont pas de vraies biographies, sans pour autant pouvoir être réellement comparées de façon quantifiée.[7] » Aussi l’analyse prosopographique doit‑elle s’appuyer conjointement sur des études statistiques et des éclairages qualitatifs et non les considérer comme des postures exclusives. Cela d’autant plus que les progrès de l’informatique permettent de dépasser ce clivage en dotant les historiens d’outils d’analyse (factorielle, de réseaux, de séquences, de régressions, de textométrie, etc.) qui offrent des possibilités d’explorations embrassant l’ensemble d’un corpus sans perdre de vue l’individu.

Dans les deux cas on compte, dans les deux cas ce n’est pas tout, en revanche on compte bien différemment – 2)

Tout travail prosopographique se situe à la croisée d’un questionnaire (plus ou moins long) et d’un corpus (plus ou moins étendu). Plus le questionnaire est long et touche aux divers pans d’un parcours de vie et plus la population doit être ciblée et réduite. À l’inverse, étudier en totalité un groupe d’individus nombreux nécessite bien souvent de renoncer à vouloir tout connaître sur tout le monde. Une telle assertion ne vaut cependant que dans le cadre d’un travail individuel répondant à des contraintes temporelles de court ou moyen terme. Deux postures difficilement conciliables qui divisent, là encore, la communauté historienne. D’un côté ceux qui, à l’instar de Christophe Charle, déclarent qu’il est préférable d’investiguer de petits échantillons saturés d’informations plutôt que l’intégralité d’un groupe sur peu de variables[8]. De l’autre, certains soulignent les dangers d’une démarche qui, visant à l’exhaustivité des données, porterait en germe le risque d’une érudition foisonnante dénuée de sens[9]. La posture de ces derniers se trouve confortée par l’idée que l’exhaustivité ne constitue pas une condition sine qua non puisqu’il est possible de décrire un groupe et de mettre au jour ses principales caractéristiques sans en dresser un portrait détaillé, sans l’avoir analysé dans le détail. En effet, si la biographie à une visée totalisante, la prosopographie doit, à l’inverse, discriminer rigoureusement les informations recherchées en fonction des interrogations soulevées[10].

À l’exhaustivité des informations relatives à quelques individus fait face l’exhaustivité d’un ou plusieurs types de données sur l’ensemble du groupe. À nouveau ces deux perspectives s’avèrent complémentaires plus qu’antagonistes. De fait, la seconde en dressant un panorama du corpus, en repérant les règles et les récurrences, les accidents et les anomalies, permet de cibler un ou plusieurs échantillons, selon la problématique posée, sur lequel pourront être menées des analyses plus approfondies. Au contraire, si une enquête complète est réalisée sur un sous-groupe ou un échantillon, savoir dans quelle mesure les résultats obtenus sont  généralisables à l’ensemble du corpus requiert de disposer de points de comparaison avec ce dernier et d’en connaître les principales caractéristiques.

Au terme de la discussion

En présentant ces divergences, il ne s’agissait pas ni de dresser un tableau exhaustif des problèmes soulevés par la prosopographie, ni de montrer la supériorité d’une approche. Plus modeste, la finalité de ce billet n’est, d’une part, que de pointer des pratiques complémentaires souvent utilisées à l’exclusion les unes des autres, et dont les choix ne sont que trop rarement justifiés, et les implications rarement explicitées. Elle est, d’autre part, d’attirer l’attention sur la nécessité de bien spécifier les tenants et aboutissants de la marche suivie, de légitimer le parti pris et d’en pointer les avantages et limites, et, enfin, de ne pas considérer la prosopographie comme une démarche univoque et allant de soi.


[1] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, pp. 1‑2.

[2] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 46.

[3] Ibid.

[4] À propos du projet d’une prosopographie des universitaires. Bulletin IHMC, n° 8, 1984, cité par Hervé Joly, De la sociologie à la prosopographie historique des élites, op. cit., p. 39.

[5] Natalie Petiteau, « Prosopographie et noblesse impériale : de l’histoire d’une élite à l’histoire sociale », Histoire, économie et société, 1998, vol. 17, n° 2, pp. 277‑285.

[6] Jean‑Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, n° 1, p. 10.

[7] Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2010, p. 21.

[8] Christophe Charle, « Où en est l’histoire sociale des élites et de la bourgeoisie ? Essai de bilan critique de l’historiographie contemporaine », Francia, 1991, n° 18‑3, p. 133.

[9] Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, 1971, vol. 100, n° 1, p. 49.

[10] Claire Lemercier et Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr/, 2011, p. 6.

AAC: Database development workshop

A call for participants for a  « Database development workshop ».

Historians and other scholars with large databases of historical person data are invited to workshops to test and populate « Prosop », a project funded by the Office of Digital Humanities of the National Endowment for the Humanities.
The first of these workshops will be held at Brown University (Providence, RI) on May 17-18, 2013, with the generous support of Middle East Studies at Brown. A second workshop (with a different set of participants) will take place at Florida State University (Tallahassee, FL) in August 2013.

Prosop is a collaborative database of details about individuals in the past. Although it maps networks and discovers connections, it is not just facebook for dead people. In particular, it aims to:

  • manage diverse types of data from different historical settings,
  • aggregate of large quantities of person data,
  • accommodate uncertain and conflicting information, and
  • facilitate data-driven study of historical systems of description and
  • classification.

For more detailed information, visit our website at prosop.org

We’re looking for information about relatively large sets of relatively ordinary people from the past. Typically, this information is extracted from archival records used by microhistorians. For example, the database contains the name, age, address, and physical description of 700 criminal court defendants from 1880s Egypt. Prosop is meant to work for all kinds of historical person data, and we are especially interested in data in unusual formats (linguistic, topical, or otherwise) that will help us to develop the flexibility of the system. Also, we are looking for participants who are willing to share their data with the community of researchers using Prosop.

Each participant will have time to present his or her data, describing its characteristics and the ways it might interact with other person data. All of the data will be uploaded to Prosop by the time of the workshop, and participants will discuss issues of categorization and comparison that arise. We will work to find ways to link data and to make the system more usable. The workshop will provide a chance for historians and developers to communicate.

Workshop participants will contribute to the design of a tool that will enable new research into global social history, and will have early access to its results. They should gain new perspectives on their own data and its place in the global history of person information. Their experience and input will help to refine the system towards its aim, which is to encompass all categories of historical person data.

Participant costs will be covered by the organizers.
How to apply: send a letter of application to *prosopworkshop at gmail dot com*. The letter should include a general description of the data which you wish to contribute to the project. Where possible, please specify:

  • the number of persons in the database
  • the categories of information recorded about each person (e.g. name, age, birthplace, occupation)
  • the geographical and chronological range of the persons represented
  • the type of sources from which the information is drawn (language, archives, genres).

Further information

Création d’une rubrique « Outils »

Dans la perspective de faire de ce carnet un lieu de référence, nous ouvrons une rubrique « Outils » dédiée aux instruments et aux textes de nature méthodologique susceptibles d’aider au travail prosopographique. Vous pouvez y participer en postant un commentaire ou en envoyant des liens ou des documents à:

emmanuelle.picard   /at/  ens-lyon.fr

Prosopographie

Ce carnet se veut un espace de discussion dédié à tous ceux qu’intéresse la méthode prosopographique, sans distinction d’objet, de période ou de discipline. Il a vocation à mettre en commun les ressources, les expériences et les débats sur ce thème et accompagne un séminaire annuel ouvert à tous, co-organisé par le Larhra, le Lamop et les Archives nationales.