Archives de l’auteur : Emmanuelle Picard

The medical world of early modern England, Wales and Ireland, c.1500-1715

Je remercie Christelle Rabier de m’avoir signalé cette initiative anglaise du Center for Medical History (University of Exeter) autour de l’histoire du monde médical, qui va donner lieu à la production d’une base de données de nature prosopographique: The medical world of early modern England, Wales and Ireland, c.1500-1715

Parution: Les uns et les autres… Biographies et prosopographies en histoire des sciences

Un avis de parution susceptible d’intéresser du monde par la diversité des objets considérés et l’approche en terme de méthode:
Laurent Rollet et Philippe Nabonnand (éd.), Les uns et les autres… Biographies et prosopographies en histoire des sciences

Présentation:
Les approches biographiques et prosopographiques sont-elles incompatibles avec les pratiques de l’histoire des sciences ? Les évolutions historiographiques récentes nous laissent penser que non, à condition de mener une réflexion précise sur leurs méthodes, leur portée, leurs limites et leur complémentarité avec d’autres approches.
C’est ce que propose ce livre. Loin d’être un manuel de biographie et de prosopographie cet ouvrage est centré sur des pratiques de recherche et entend en cerner la portée heuristique: biographies de savants, histoires d’institutions scientifiques centrées sur les acteurs, études de populations, analyses disciplinaires et critiques méthodologiques s’y côtoient, offrant ainsi un panorama général des questions que posent les démarches biographiques et prosopographiques aujourd’hui.

Éditeur Presses universitaires de Nancy

JE: Hommes et Familles influentes en politique, XIXe-XXe siècles

Voici le programme d’une journée d’étude à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, le 5 décembre 2012 dans le cadre de l’ANR « Identités et cultures en Méditerranée. Les élites politiques de la Révolution française à la Ve République ». Elle s’intéresse de près aux questions de prosopographie.

  • 9h45 : Jean-Paul Pellegrinetti (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC): Introduction
  • 10h : Mathilde Cocoual (Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC): « La famille Chiris : des industriels en politique, une politique d’industriel ? »
  • 10h25 : Karine Deharbe (Université de Nice Sophia-Antipolis, ERMES): « Un réseau familial au service d’intérêts locaux : l’exemple des Ossola »
  • 10h50 : Discussion Continuer la lecture

Séance 2 du séminaire « Prosopographie »: pistes bibliographiques

Le 30 novembre 2012, le seconde séance du séminaire « Prosopographie » se déroulera à l’ENS de Lyon (de 14h à 17h, salle F 004). Elle sera consacrée aux « Français à l’étranger », et réunira trois intervenants:

  • Francine-Dominique Lichtenhan, « les Français en Russie (XVIIIe-XXe) »
  • Pascal Riviale, « Les Français au Pérou (XIXe) »
  • Anne Mézin, « les consuls de France à l’étranger (XVIIe-XVIIIe) »

Voici quelques pistes bibliographiques sur ces recherches:

Liste des travaux publiés par Anne Mézin

  • – Les consuls de France au siècle des Lumières, 1715-1792, Paris, Impr. Nat., Ministère des Affaires étrangères, Coll. Diplomatie et Histoire, 1997, 976 p.
  • – « Le consul Charles Flüry : De l’ambassade de Choiseul-Gouffier à la Restauration », Rev. Hist. dipl., 1997, n° 3, p. 273-290.
  • – « Les consuls de France du siècle des Lumières, acteurs secondaires des relations diplomatiques », L’invention de la diplomatie, Moyen-Âge – Temps modernes, sous la direction de Lucien Bély, Paris, PUF, 1998, p. 347-361 ;
  • – « L’iconographie des plénipotentiaires des traités de Westphalie », 1648, la paix de Westphalie vers l’Europe moderne, Paris, Imp. Nat., 1998, p. 139-144
  • – « Une vue générale de l’immigration française en Russie au XVIIIe siècle », L’influence française en Russie au XVIIIe siècle, publié par Jean-Pierre Poussou, Anne Mézin, Yves Perret-Gentil, Paris, Institut d’Études slaves et Presses universitaires de la Sorbonne, 2004, 736 p., p. 658-673 (actes du colloque des 14 et 15 mars 2003 sur L’influence en Russie au XVIIIe siècle, Fondation Singer, Sorbonne).
  • – Articles « Cardinal de Fleury » et « Rouillé », Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères, sous la direction de Lucien Bély, Georges-Henri Soutou, Laurent Theis et Maurice Vaïsse (à l’initiative de Dominique de Villepin, ancien ministre des Affaires étrangères), Paris, Fayard, 2005, 662 p., p. 128-136 et p. 155-159.
  • – « La fonction consulaire dans la France d’Ancien Régime : origine, principes, prérogatives », La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), sous la direction de Jörg Ulbert et de Gérard Le Bouëdec, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 37-49.
  • – « Note sur le choix des hommes et le rôle des consuls de France dans les relations franco-tunisiennes au XVIIIe siècle », Droit des gens et relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2006, p. 89-92.
  • Correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg (1713-1792), Paris, Archives nationales, 2009, 368 p. (inventaire analytique).
  • Français et Ottomans en Illyrie et dans l’Adriatique au temps de Napoléon. Inventaire des Papiers du général Donzelot (1764-1843), Istanbul, Les éditions Isis, 2009, 592 p. (inventaire analytique).
  • – « Catherine II vue par la diplomatie française », in Les passions d’un historien. Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Poussou, Paris, PUPS, 2010, 1840 p., p. 1395-1410.
  • – « Les services consulaires français au xixe siècle » et « Les consulats français en Russie au xixe siècle », in Consuls et services consulaires au xixe siècle, sous la direction de Jörg Ulbert, UFR de Lettres, Sciences humaines et sociales, Université de Bretagne-Sud, Hambourg, Dobu Verlag, 2010, 524 p., p. 47-61 et 107-123.
  • – En collaboration avec Didier Ozanam, Économie et négoce des Français dans l’Espagne de l’Époque moderne. Instructions et mémoires officiels relatifs au commerce en Espagne de la gestion de Colbert (1669) au Pacte de Famille (1761), Paris, Archives nationales, 2011, 510 p.
  • – En collaboration avec Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie au siècle des Lumières, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2011, 2 t., 530 et 842 p.
  • En cours : Correspondance des consuls de France à Cadix, 1666-1792 ; publication prévisionnelle 2013, Archives nationales (inventaire analytique).

 

Autour des recherches de Pascal Riviale

 

 

Prosopographie au féminin (Padoue)

Lors du prochain congrès de la Società Italiana delle Storiche, Sylvie Duval organise un “panel”  sur la “prosopographie au féminin” (abstracts) dans la perspective de débattre des problèmes spécifiques posés par l’identification des femmes dans les sources et de l’utilité/possibilité de la constitution de prosopographies à leur sujet selon les différentes périodes historiques.

Outils:Prosopographie des mondes enseignant et savant

Sur le thème de cette première séance, et concernant la période contemporaine, quelques pistes sur la question des sources:

articles et ouvrages

  • « Les dossiers nominatifs au XIXe siècle: regards croisés de l’administration sur les personnes », Revue administrative, 2007
  • Armelle Le Goff (dir.), Les hommes et les femmes de l’Université, deux siècles d’archives, Paris, DAF-INRP, 2009.
  • Thérèse Charmasson et Armelle Le Goff (dir.), Mémoires de lycées archives et patrimoine, Paris, DAF-INRP, 2003.
  • A. Charon, B. Delmas et A. Le Goff (dir.), « La France et les Français en Russie. Nouvelles sources et approches (1815-1917) », Etudes et rencontres de l’école des Chartes, n° 34, 2011.

sources et ressources (fichier pdf)

Et par ailleurs, un autre blog dont les préoccupations recoupent celles ici évoquées: Héloïse, réseau européen sur les bases de données historiques relatives aux universités.

Outils: références générales

La liste suivante a été proposée par Julie d’Andurain et Constance Margain

  • François Autrand, Prosopographie et genèse de l’Etat moderne, L’Ecole normale supérieure de jeunes filles, n° 30, Paris, 1984.
  • Hervé Bastien, La France contemporaine, méthode pour la recherche historique, Paris, Masson, 1994.
  • Donald Broady, « French prosopography: definition and suggested readings », Poetics, n°30, Issues 5-6, octobre/décembre 2002, p.381-385.
  • Myriam Carlier, Jan Dumolyn, Konrad Verboren, « A Short Manual to the Art of Prosopography », in Katharine S. B. Keats-Rohan (ed.), Prosopography Approaches and Applications. A Handbook, Oxford, Occasional Publications UPR, 2007, document en ligne, consulté en ligne le 2011-11-3,
  • Christophe Charle (éd.), Histoire sociale, histoire globale?, Actes du colloque des 27-28 janvier 1989, éditions de la MSH, Paris, 1993.
  • Christophe Charle, « Prosopography (collective biography) », International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Oxford, Elsevier Science Ltd, 2001, vol. 18, p.12236-12241.
  • Christophe Charle, Jean Nagle, Marc Perrichet, Michel Richard, Denis Woronoff, Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles), guide de recherche, Paris, CNRS, 1980. (et d’une manière générale, les ouvrages de Christophe Charle)
  • Gidon Cohen, « Missing, Biased and Unrepresentative: the quantitative analysis of multi-source biographical data », Historical Methods, 35, 4, 2002.
  • Alexander Gallus, « Biographik und Zeitgeschichte », Aus Politik und Zeitgeschichte, 1-2/2005, p.39-45.
  • Jean-Philippe Genet, Günther Lottes (éd.), L’Etat moderne et les élites, 13è-18è siècles : apports et limites de la méthode prosopographique, Actes du colloque international, CNRS, Paris, 1991, p.476.
  • Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, édition La Découverte, collection Repères, 2008.
  • Claire Lemercier, L’histoire politique en renouveau, réseaux et groupes d’influence, ouvrage issu du séminaire du CHPP, 2010.
  • Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 2005, p.88-112.
  • Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle », Histoire & Mesure, volume 4, n° 3/4, 1989, p.191-199.
  • Jean-Claude Passeron, « Biographie, flux, itinéraires, trajectoires », Revue Française de Sociologie, vol. 31, n° 1, 1990, p. 3-22.
  • Alvaro Pires, Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique, La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques, Gaëtan Morin Éditeur, Montréal, 1997, p. 113-169.
  • Wilhelm Heinz Schröder, « Kollektivebiographie: Spurensuche, Gegendstand, Forschungstrategie », Historical Social Research, Supplement, n° 23, 2011, p. 74-152.
  • Séverine Sofio, « Les plasticiennes et le champ de l’art parisien 1789-1848 », Université de Paris I, 2009, document en ligne, présentation orale du travail prosopographique, consulté le 2011-01.
  • Lawrence Stone, «  Prosopography, Daedalus », vol. 100, n° 1, Historical Studies Today, 1971, p.46-79.

Outils: Prosopographie du monde militant

Quelques pistes suggérées par Constance Margain

  • Rachel Mazuy, « Le Maitron : du dictionnaire à la biographie collective », Vingtième siècle, Revue d’histoire, n° 42, avril-juin 1994, p.111-114.
  • Claude Pennetier et Bernard Pudal,  Une recherche prosopographique en cours fondée sur les autobiographies communistes d’institution en France, document en ligne, consulté le 2011-01.
  • Claude Pennetier, Michel Dreyfus et Nathalie Viet-Depaule (éd.), La part des militants, édition de l’Atelier, Paris, 1996: Christophe Charle, « Du bon usage de la biographie sociale comparée ou les trois âges de la biographie collective », p.51-71;  Rémy Skoutelsky, « Combattants et militants. Biographie de 9000 volontaires français des Brigades internationales : premiers résultats d’une enquête », p.91-104;  Michel Verret, « Biographies, militances, dictionnaires », p.21-33.

Outils: Prosopographie du monde militaire

Bibliographie proposée par Julie d’Andurain

Articles (par dates):

  • Nathalie Petiteau, « Prosopographie et noblesse impériale : de l’histoire d’une élite à l’histoire sociale », Histoire, économie et société, 1998, n°2, p. 277-285
  • Alain Porchet, « La mission Pellé en Tchécoslovaquie : prosopographie des officiers », Revue historique des armées, 1999/4, n°217, p. 108-119.
    Jean-David Mizrahi, « Prosopographie du Service des renseignements du Levant (1921-1931) », dans cf. Forcade (dir.), Le Secret et la puissance, les services spéciaux et le renseignement aux XIXe et XXe siècles, Amiens, Encrage, 2007, p. 69-78.

Ouvrages (par dates):

  • William Serman, Les Officiers français dans la nation, 1848-1914, Paris, Aubier, 1982.
  • Anne Blanchard (dir.), Les Peuples et leurs armées. Prosopographie des militaires, Montpellier, CNRS et Centre d’histoire militaire de Montpellier, 1990.
  • Olivier Forcade, Eric Duhamel et Philippe Vial (dir.), Militaires en République, 1870-1962. Les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Paris, Publication de la Sorbonne, 1999.
  • Eric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Champion et Slatkine, 2000.
  • Elisabeth Mouilleau, Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le cas des contrôleurs civils en Tunisie (1881-1956), Paris, L’Harmattan, 2000
  • Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline et Alain Corbin, Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, PUPS, 2003.
  • S. Mohamed-Gaillars et Maria Romo-Navarette (dir.), Des Français Outre-mer, Paris, PUPS, 2005 (avec préambule de Eric Anceau sur la prosopographie et bibliographie).
  • Vincent Wright, Eric Anceau, Sudhir Hazareesingh, Les préfets de Gambetta, Paris, PUPS, 2007.
  • Hubert Bonin, Jean-François Klein, Catherine Hodeir, L’Esprit Economique impérial (1830-1970), Paris, SFHOM, 2008
  • Claire Laux, François-Joseph Ruggiu, Pierre Singaravelou, Au sommet de l’Empire, les élites européennes dans les colonies (XVIe-XXe siècle)/At the Top of the Empire, European Elites in the Colonies (16 th-20th Century), Bruxelles, Peter Lang, 2009
  • Hubert Heyriès (dir.), Histoire militaire, Etudes de la défense et politiques de sécurité, des années 1960 à nos jours, Paris, Economica, 2012.

Création d’une rubrique « Outils »

Dans la perspective de faire de ce carnet un lieu de référence, nous ouvrons une rubrique « Outils » dédiée aux instruments et aux textes de nature méthodologique susceptibles d’aider au travail prosopographique. Vous pouvez y participer en postant un commentaire ou en envoyant des liens ou des documents à:

emmanuelle.picard   /at/  ens-lyon.fr

Prochaine séance du séminaire: quelques pistes bibliographiques

Voici quelques références bibliographiques, bien évidemment non exhaustives, sur des recherches en histoire de l’enseignement supérieur ayant une base prosopographique :

  • Marie Scot « Faire école : les alumni universitaires indiens de la London School of Economics », Histoire@Politique 3/2011 (n° 15), p. 4-24.
  • Jean-Hervé Jézéquel « Les professionnels africains de la recherche dans l’État colonial tardif », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 1/2011 (n° 24), p. 35-60.
  • Thierry Kouamé, « L’apprentissage de la sociabilité dans les collèges parisiens à la fin du Moyen Âge », Hypothèses 1/1997, p. 133-140.
  • Laurent Rollet « Peut-on faire l’histoire des pôles scientifiques ? », Histoire de l’éducation 2/2009 (n° 122), p. 93-113.
  • Emmanuelle Polack, « Découvrir Le Toit familial, foyer d’étudiants juifs à Paris, 1952-2000 », Archives Juives 2/2004 (Vol. 37), p. 127-134.
  • Catherine Goldstein, « Les autres de l’un : deux enquête prosopographique sur Charles Hermite », pré-print, http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00734576
  • Thierry Kouamé, Le collège de Dormans-Beauvais à la fin du Moyen Âge. Stratégies politiques et parcours individuels à l’Université de Paris (1370-1458), Leiden – Boston, Brill, 2005 (Education and Society in the Middle Ages and Renaissance, 22).
  • Boris Noguès, Une archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux XVIIe et XVIIIe siècles (1598-1793), Paris : Belin, 2006.
  • Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris : Belin, 2003.
  • Guy Caplat, Bernadette Lebedeff-Choppin, L’inspection générale de l’enseignement supérieur au XIXe siècle, Paris : INRP, 2002, 317 p.
  • Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940. Tome 3 : Le recteur, l’École, la Nation entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Paris : INRP, 2009.
  • Christophe Charle, La République des universitaires, 1870-1940, Paris : Seuil, 1994.

Séminaire 2012-2013: informations pratiques

Les trois premières séances du séminaire (12 octobre, 30 novembre et 11 janvier) auront lieu le vendredi de 14h à 17h à l’ENS de Lyon, en salle F004 (bâtiment formation).

Pour se rendre à l’ENS de Lyon, en provenance de la gare de Lyon Part-Dieu, prendre le métro ligne 2, direction Stade de Gerland et descendre à la station Debourg.

 

« La France savante »

Voici l’annonce d’une journée organisée par le Comité des Travaux historiques et scientifiques, sur la « France savante« , le 8 novembre 2012, à la Sorbonne (Salle des commissions).

 

La mise en place d’une base de données collaborative « La France savante » (savants membres des Sociétés académiques et savantes depuis le XVIe siècle) est engagée depuis 2001, mais elle connaît un développement significatif depuis 2011. L’objectif de la base est de recenser l’ensemble des savants qui ont animé les sociétés savantes ou qui en ont été de plus modestes acteurs. Cet outil doit permettre à l’avenir d’identifier les réseaux de relations qui se sont tissés entre eux et elles et cette base constituera un matériau de recherche à disposition des chercheurs désireux d’étudier les « élites » intellectuelles.

Cette entreprise a été relancée selon deux axes, l’un, thématique, en direction des sociétés d’Antiquaires et le second, régional, consacré en particulier aux sociétés de la Région Rhône-Alpes mais aussi du Centre-Ouest de la France. Ce projet mobilise au premier chef les sociétés savantes concernées, mais aussi les animateurs de ce programme porté par la section d’Histoire contemporaine du CTHS.

A ce jour, l’annuaire des sociétés savantes comprend plus de 3 000 sociétés (1 700 en 2002) et 12 000 fiches de membres (6 000 fin 2010).

Il a semblé important de montrer lors de cette journée d’études, organisée par le CTHS et l’association des Amis du CTHS et des sociétés savantes, le fonctionnement de la base, l’importance scientifique de l’entreprise afin de mobiliser plus de sociétés et de participants à cette collecte de données.

Après cette présentation liminaire de l’outil, de son ergonomie générale et des règles simples d’usage, quelques communications illustreront le travail en cours (exposé 30 min, discussions 15 min).

Programme prévisionnel

  • 9 h : Accueil des participants
  • 9 h15 – 9 h 30 : Claude MORDANT (Président du CTHS), Le CTHS et les sociétés savantes, le contexte institutionnel de la base de données « France savante »
  • 9 h 30 – 10 h 15 : Martine FRANCOIS (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les médecins dans les sociétés savantes de la région Rhône-Alpes : réseaux et particularités selon les villes
  • 10 h 15 – 11 h : Claude-Isabelle BRELOT (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les membres « inactifs » des sociétés savantes comtoises
  • 11 h – 11 h 30 : pause
  • 11 h 30 – 12 h 15 : Bruno DELMAS (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), Les savants français membres de sociétés savantes étrangères : l’exemple de l’Académie des sciences de Russie à l’époque soviétique
  • 12 h15 – 13 h30 : buffet
  • 13 h 30 – 14 h 15 : Ange ROVERE (section Histoire contemporaine et du temps présent du CTHS), L’ouverture des sociétés savantes corses aux chercheurs du continent (XIXe-XXe siècles)
  • 14 h 15 – 15 h : Nicole LEMAITRE (section Histoire moderne du CTHS), Les prêtres et la fondation des sociétés savantes à la fin du XIXe siècle : l’exemple de la Corrèze
  • 15 h – 15 h 45 : Tiphaine BARTHELEMY (section Anthropologie sociale et ethnologie du CTHS), Sociabilité des élites et sociétés savantes : les Antiquaires de Picardie
  • 15 h 45 – 16 h 30 : discussion générale et conclusion de la journée (Catherine GROS, déléguée générale du CTHS)

Lieu : l’accès à la Salle des Commissions se fait par le 46, rue St-Jacques, Paris 5e (2e étage)

Formulaire d’inscriptionProgramme en pièce jointe